Saguenay - Le maire Jean Tremblay persiste et prie

À la grâce de Dieu, le maire de la Ville de Saguenay, Jean Tremblay, a ouvert hier soir la séance du conseil municipal en récitant une prière, malgré les menaces du Mouvement laïque québécois de recourir aux tribunaux afin de le forcer à se plier au jugement du Tribunal des droits de la personne.

«Dieu tout-puissant, nous te remercions des nombreuses grâces que tu as accordées à Saguenay et à ses citoyens, dont la liberté, les possibilités d'épanouissement et la paix. Guide-nous dans nos délibérations à titre de membres du conseil municipal et aide-nous à bien prendre conscience de nos devoirs et responsabilités», a affirmé d'un ton solennel Jean Tremblay, s'attirant les huées d'une poignée de quelques-uns des 150 citoyens rassemblés dans la salle Pierrette-Gaudreault, sise dans l'arrondissement Jonquière. «Accorde-nous la sagesse, les connaissances et la compréhension qui permettront de préserver les avantages dont jouit notre ville...», a-t-il poursuivi, tout en faisant son signe de la croix.

Il s'agissait de la première assemblée publique depuis le jugement de la juge Michelle Pauzé du Tribunal des droits de la personne enjoignant à M. Tremblay de mettre un terme à la prière au conseil municipal et de retirer les signes religieux accrochés aux murs. Mais, puisqu'il interjettera appel, le maire de Saguenay soutenait hier pouvoir continuer à réciter la prière au conseil municipal sans courir de risques. «J'ai un avis signé par la firme d'avocats Caïn, Lamarre à l'effet que je n'étais pas en situation d'outrage au tribunal. Si je n'avais pas eu d'avis ou si on m'avait dit que c'était un outrage au tribunal, je n'aurais pas fait la prière», a déclaré Jean Tremblay, hier, à l'occasion d'un point de presse suivant la séance publique.

M. Tremblay — qui a été «condamné» le 9 février dernier par le Tribunal des droits de la personne — s'est engagé corps et âme à défendre la langue et la religion, au coeur, selon lui, de la culture «canadienne-française». D'ailleurs, le maire a amassé un trésor de guerre de près de 145 000 $ afin de faire casser la décision du Tribunal des droits de la personne. «Les gens sont malheureux. Ils ont besoin d'avoir des valeurs», a répété Jean Tremblay, hier, établissant une nouvelle fois une corrélation entre l'abandon des valeurs catholiques et la croissance du nombre de prescriptions de médicaments antidépresseurs au Québec.

«Nous croyons que ce n'est pas le travail de notre maire de mener cette bataille identitaire. Il s'agit d'un débat divisif qui crée des tensions identitaires dont on pourrait bien se passer», a fait valoir le porte-parole du Collectif citoyens pour la démocratie à Saguenay, Éric Dubois. Plusieurs sympathisants de ce regroupement de citoyens à l'origine de la mise en ligne de la vidéo intitulée «Pas en mon nom, monsieur le maire» sur le site YouTube, ont fait entendre leur voix hier soir. «Le maire ne parle pas au nom de tous les résidants de Saguenay, comme il le prétend», a ajouté M. Dubois.
9 commentaires
  • Henry Fleury - Inscrit 8 mars 2011 05 h 37

    Pardonnez-lui...

    Prochainement, il sera invité vedette à Tout le monde en parle et Guy A. Lepage se paiera sa tête devant deux millions de spectateurs, tandis que Dany Turcotte lui remettra une petite carte pleine d'inepties. La rengaine habituelle quoi. Mais, mon dieu, laissez-le donc tranquille, pardonnez-lui, il ne sait pas ce qu'il fait !

  • johanne fontaine - Inscrit 8 mars 2011 06 h 17

    Lorsque les administrés s'intéressent à la chose municipale...

    Cette entrevue de Christiane Charette, hier, à la Première Chaîne de la radio de Radio-Canada.

    http://www.radio-canada.ca/emissions/christiane_ch

    Johanna Fontaine
    St-Cuthbert

  • jean parent - Inscrit 8 mars 2011 07 h 21

    le maire prie

    Quel combat epique que mene ce groupe de la ligne democratique au nom de la laicite.Ce groupe nassiste pas aux assemblees municipales democratiques.Ce combat est la risee du siecle. Nous avons d' autres problemes plus serieux. Je me pose la question, combien de ce groupe se sont rendu aux urnes a la derniere elections. La veritable democracie commence a ce t endrroit. haro pour les nuls.

  • Serge Bouchard - Abonné 8 mars 2011 08 h 19

    Le maire prie

    Que d'énergie perdue ! Laissez-le aller au bout du processus judiciaire. Ce n'est pas quelques années de plus qui feront la différence. On sent que pour plusieurs c'est une affaire de lutte personnelle contre le maire Tremblay, c'est lui faire trop d'honneur. Laissez les tribunaux lui river son clou. Aussi, les avocats, qui voient une belle cagnotte de maintenant $140 000, ne vont pas lui dire que sa cause est perdue; ils vont lui en fournir des avis, autant qu'il en veut, jusqu'au dernier sou. L'indifférence que diable !

  • Geoffroi - Inscrit 8 mars 2011 10 h 01

    De l'indifférence

    @ M, Bouchard
    «...le plus dangereux effet de l'épuisement qui gagnait, peu à peu, tous ceux qui continuaient cette lutte contre le fléau, n'était pas dans cette indifférence aux événements extérieurs et aux émotions des autres, mais dans la négligence où ils se laissaient aller.»
    CAMUS, Albert, La Peste, 1947