Laval - Les chauffeurs d'autobus auront 12 % sur quatre ans

Les chauffeurs d'autobus de la Société de transport de Laval (STL) auront droit à des augmentations salariales de 12 % échelonnées sur quatre ans en vertu du nouveau contrat de travail accepté hier.

Les 497 chauffeurs ont voté, dans une proportion de 76 %, en faveur de l'entente de principe intervenue mardi dernier, à la suite de deux journées intensives de conciliation.

Les chauffeurs ont obtenu des augmentations de 2 % par année, plus un montant forfaitaire de 1 % versé annuellement. Le salaire au sommet de l'échelle, qui compte quatre échelons, passera donc de 52 300 $ à 56 600 $ environ. Au premier échelon, le salaire grimpera de 36 600 $ à 41 000 $ environ. La prime pour le travail de soir, qui était de 50 cents de l'heure, sera majorée à 75 cents de l'heure.

Le régime de retraite sera également bonifié. La STL a accepté de verser un million pour combler le déficit actuariel du régime. La cotisation de l'employeur à ce régime passera de 8 à 9 % du salaire (celle des employés de 5 à 7 %).

Concessions

Les chauffeurs ont accepté quelques concessions sur l'organisation du travail, en acceptant notamment de faire leurs pauses repas ailleurs qu'au garage ou au terminus, ce qui permettra de réaliser des économies et de gagner de la souplesse dans l'aménagement des horaires. Les chauffeurs ont aussi accepté la création de nouvelles plages de travail, le soir et le matin, afin d'améliorer la qualité du service offert aux usagers.

Les négociations avaient commencé en décembre 2009, alors que les chauffeurs étaient représentés par la Confédération des syndicats nationaux (CSN). Insatisfaits du travail de la centrale, les chauffeurs ont rejoint les rangs du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), en septembre dernier. «Ça faisait plusieurs années qu'on était insatisfaits de la CSN. Elle ne tenait pas compte de nos revendications. On a décidé de changer, et on est très satisfait du SCFP», a commenté le président du syndicat des chauffeurs de la STL, Richard Ouimet.