Première journée à la mairie de Toronto - Rob Ford gèle taxes et projets de tramway

Le nouveau maire de Toronto veut mettre un frein au développement des trains de surface. Sur l’image, le projet de tramway dessiné par Bombardier.<br />
Photo: source: Bombardier Le nouveau maire de Toronto veut mettre un frein au développement des trains de surface. Sur l’image, le projet de tramway dessiné par Bombardier.

Le nouveau maire de Toronto, Rob Ford, a fait savoir hier qu'il n'y aura aucune augmentation des impôts fonciers en 2011, de quoi faire froncer les sourcils des Montréalais, qui subiront une hausse moyenne de 4,3 % de leur compte de taxes.

L'élu annulera également la taxe de 60 $ sur l'immatriculation des véhicules qui devait entrer en vigueur le 1er janvier, a-t-il confirmé peu après avoir été assermenté.

Rob Ford a aussi fait savoir que l'allocation de dépenses des conseillers municipaux passera de 50 000 $ à 30 000 $ par année, soit une réduction de 20 %. Cette mesure essentiellement symbolique fera économiser aux contribuables torontois plus de 800 000 $ par année.

Le budget de la Ville reine sera ainsi gelé à 9,2 milliards en 2011, a souligné le politicien pugnace tout en faisant le pari qu'il n'y aura «aucune coupe majeure dans les services». «Je vais remettre l'argent dans les poches des contribuables», a-t-il promis.

Adieu tramway


M. Ford, aux commandes de la métropole canadienne depuis hier matin, a pressé le grand patron de la Commission des transports de Toronto, Gary Webster, à mettre un frein à tous les projets de développement des trains de surface. «Je voulais m'assurer qu'il comprenne que le Transit City est terminé, que la guerre contre l'automobile est terminée et que tout développement du métro sera fait sous terre», a affirmé M. Rob à l'occasion d'un point de presse.

«J'ai eu un mandat fort pour développer le métro, c'est ce que je vais faire», a fait valoir le maire, qui voit toutefois d'un bon oeil un prolongement du réseau de métro. S'il n'en tenait qu'à lui, le projet de nouvelles lignes de tramways irait tout droit aux oubliettes.

L'ambitieux projet soumis par M. Ford coûterait la rondelette somme 7,2 milliards, selon des documents obtenus par la CBC, c'est-à-dire une somme deux fois supérieure au projet de nouvelles lignes de tramways développé par l'ancien maire, David Miller, et déjà approuvé par Queen's Park.

Par ailleurs, l'annulation du projet de tramways pourrait coûter des millions de dollars en pénalité aux contribuables torontois. «C'est une décision qui sera très coûteuse», a souligné la ministre des Transports, Kathleen Wynne.

Mais, les tramways sont trop lents et ils gênent la circulation automobile, a dénoncé à maintes reprises Rob Ford durant la campagne électorale.

Le nouveau maire devra recevoir l'appui du conseil municipal s'il persiste à vouloir mettre au rebut l'actuel plan de transports en commun. Pour y arriver, Rob Ford devra batailler ferme dès la première réunion du conseil municipal, à la mi-décembre. «Le maire n'est qu'un des 45 membres du conseil. Il a le mandat de soumettre son plan au conseil, c'est au conseil de décider de l'avenir du Transit City», a rappelé le conseiller municipal Josh Matlow.