Le maire de Laval, Gilles Vaillancourt, nie avoir offert des enveloppes

Le maire de Laval exige une rétractation.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le maire de Laval exige une rétractation.

Réagissant aux propos de l’ex-ministre péquiste Serge Ménard et du député libéral Vincent Auclair qui soutiennent qu’il leur a offert des enveloppes, le maire de Laval Gilles Vaillancourt met en demeure les deux hommes de se rétracter.

Dans un point de presse, cet après-midi, M. Vaillancourt a nié en bloc l’ensemble des allégations. Il a déclaré ne pas avoir offert d’argent, ni à M. Ménard, ni à M. Auclair ou à aucun autre candidat avant ou après des élections.

Il s’est dit notamment renversé par les allégations de Serge Ménard et s’explique mal pourquoi l’ancien ministre de la Sécurité publique et de la Justice n’a rien dit en 17 ans.

M. Vaillancourt a ajouté que les seuls dons politiques qu’il effectue sont à son parti sur la scène municipale.

Il soutient que la Sûreté du Québec ne l’a pas encore contacté.

L’ex-ministre Ménard a déclaré s’être fait offrir 10 000 $ en argent comptant dans une enveloppe, alors qu’il était candidat péquiste en 1993, une offre qu’il aurait aussitôt déclinée. Lui non plus n’a jamais dénoncé le geste.

Vincent Auclair a pour sa part déclaré aujourd’hui, lors d’une conférence de presse à l’Assemblée nationale, avoir refusé une enveloppe offerte par M. Vaillancourt. Il n’a cependant jamais jugé bon de dénoncer le geste du maire aux autorités policières, ni d’en informer le premier ministre Jean Charest.

M. Vaillancourt a dit s’être entretenu avec M. Auclair au cours de la dernière fin de semaine et celui-ci aurait alors affirmé qu’il ne s’était pas vu offrir une enveloppe.

La Sûreté du Québec a contacté M. Auclair et les enquêteurs font leur travail.

M. Vaillancourt est maire de Laval depuis 21 ans. Il a notamment été président de l’Union des municipalités du Québec entre 1995 et 1997.

À voir en vidéo