2,4 milliards pour le projet des nouvelles voitures du métro

Le contrat des voitures du métro de Montréal, accordé au consortium Bombardier-Alstom, totalisera 1,7 milliard de dollars avant taxes. Lors d'une séance d'information tenue hier à l'hôtel de ville, les dirigeants de la Société de transport de Montréal (STM) ont dévoilé les détails des dépenses liées au remplacement du parc des voitures du métro.

La STM et le gouvernement du Québec, qui assume 75 % de la facture, devront verser 1,235 milliard de dollars pour les 468 nouvelles voitures qui seront mises en service en 2014. À ce montant s'ajoutent les coûts liés à divers éléments du contrat, tels que les options techniques, l'achat d'outillage spécialisé, la provision pour l'indexation (236,6 millions) et les contingences (125,4 millions), pour un total 472 millions.

En tenant donc compte des taxes, le contrat au consortium atteint donc 1,8 milliard de dollars.

La STM devra par ailleurs procéder à la mise à niveau de ses ateliers d'entretien et engager d'autres dépenses afin, notamment, de rendre les quais du métro accessibles pour les personnes en fauteuil roulant. Au total, c'est donc un montant total de 2,4 milliards qui devra être consacré à l'ensemble du projet des nouvelles voitures du métro. Un règlement d'emprunt sera soumis à l'approbation des membres du conseil municipal et du conseil d'agglomération cette semaine.

Budgets «intouchables»

S'il n'en tenait qu'à Vision Montréal, les budgets des arrondissements seraient «intouchables». La leader de l'opposition officielle, Anie Samson, a exigé hier soir des garanties de la part de l'administration Tremblay afin qu'elle renonce à forcer les arrondissements à sabrer, comme cette année, in extremis leurs budgets .

«On nous fait peur en nous disant: "On manque d'argent. On est dans le trou." Et surprise, à chaque fois qu'on dépose les résultats de la situation financière de la Ville, on a un surplus», a affirmé Mme Samson, qui est également mairesse de l'arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension.

Elle déplore que l'équipe du maire Gérald Tremblay brandisse, en plein exercice financier, un manque à gagner — de 400 millions de dollars — et répercute la facture aux arrondissements... pour finalement annoncer un surplus. «On nous a demandé de nous serrer la ceinture et, à notre grande surprise, ce soir, on a un surplus de 77 millions.»

«C'est normal», a rétorqué le responsable des finances au comité exécutif, Alan DeSousa, faisant valoir que le processus budgétaire de la Ville est des plus transparents. L'administration poursuit, a-t-il dit, l'«objectif de bien gérer, d'être capable de dégager des surplus, d'avoir une marge de manoeuvre, mais aussi de limiter nos dépenses et les impacts sur nos contribuables».
1 commentaire
  • François Beaulé - Inscrit 27 octobre 2010 18 h 21

    Toujours plus cher

    Déjà 1,2 milliard pour 468 voitures faisaient des nouvelles voitures de métro de Montréal les plus chères du monde malgré leur petitesse. Mais voilà qu'on apprend que la facture réelle sera de 1,7 milliard voire 2,4 milliard, soit 700 millions pour les ateliers d'entretien et pour rendre le métro accessible aux fauteuils roulants. Et hop! la facture double sans contestation de l'opposition. La saga des voitures a été suffisament longue. Tout le monde semble maintenant prêt à avaler des couleuvres... et de très grosses!