Québec - Labeaume veut utiliser des radars photo dans certains quartiers

Québec — Afin de forcer les conducteurs à ralentir, le maire de Québec Régis Labeaume a annoncé hier qu'il comptait faire installer des radars photo dans certaines zones résidentielles de la capitale.

«Si les gens ne comprennent pas, ils vont payer des contraventions. Ils vont payer jusqu'à ce qu'ils comprennent», a-t-il déclaré avant la séance du conseil municipal hier soir. Un tel programme serait une première au Québec pour ce qui est des quartiers résidentiels. Ce qui fait dire à M. Labeaume que c'est là un autre terrain sur lequel sa ville pourra bientôt se distinguer.

Le maire prévoit en faire la demande officielle à la ministre des Transports Julie Boulet lors de la séance du conseil du 21 décembre prochain. Il souhaite s'inspirer des appareils testés actuellement sur les autoroutes pour faire fabriquer des modèles «itinérants» afin d'effectuer des raids-surprises dans les différents quartiers de la ville.

Le non-respect des limites de vitesse est de plus en plus problématique à Québec dans les zones résidentielles situées à proximité des ponts notamment. Afin d'éviter le trafic sur les grandes artères, de plus en plus de conducteurs empruntent les rues avoisinantes, ce qui provoque la colère d'un nombre grandissant de résidants.

D'ailleurs, l'administration Labeaume ne va pas attendre la réponse de la ministre avant d'agir dans ce dossier. Elle entend s'attaquer au problème dès maintenant dans le cadre d'opérations policières ciblées.

Ainsi, pendant les mois de décembre et de janvier, des équipes de police vont se rendre dans chacune des zones qui posent problème pendant trois jours afin de faire de la «sensibilisation». Au cours des trois jours qui suivront, les contrevenants recevront des contraventions. Des avertissements seront enfin donnés à l'avance pour que les gens sachent si leur quartier est ciblé.

Le maire n'exclut pas de réduire les limites de vitesse et le recours à d'autres moyens (dos d'âne, réduction de la largeur des rues, aménagements divers) or, il faut selon lui commencer par faire respecter les limites actuelles.