Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce se rebelle - Montréal devrait enlever aux riches pour donner aux pauvres

Les flèches qui empoisonnent la vie du maire Gérald Tremblay ne proviennent pas que des anciennes villes de banlieue. Les six conseillers municipaux de l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, dont le frère du maire, Marcel Tremblay, et la vice-présidente du comité exécutif, Francine Sénécal, se rebellent et proposent d'enlever plus de six millions aux plus nantis de l'île pour les redistribuer aux plus pauvres.

Lors de l'assemblée du conseil municipal mardi, le groupe de conseillers a déposé un amendement à la détermination des «projets structurants» de Montréal. Ces projets totalisent des sommes de 31,5 millions partagées entre l'ensemble des arrondissements. Dans Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce (CDN-NDG), une enveloppe de 850 000 $ est prévue pour la réfection routière des rues du secteur. Mais Marcel Tremblay et ses collègues évaluent plutôt les besoins de leur arrondissement à 11 millions par année pendant quatre ans. Le groupe a donc analysé les projets des arrondissements les plus riches et propose d'en éliminer certains pour en permettre d'autres là où les besoins se feraient véritablement sentir.

«On enlève cet argent-là à des gens [dont] on pensait qu['ils] pouvaient s'en priver un petit peu. [...] Tant que les gens ne comprendront pas qu'il faut qu'ils soient généreux, qu'ils donnent à l'ensemble de ceux qui en ont besoin pour s'épanouir, on aura un problème», a expliqué hier Marcel Tremblay, qui souligne que dans son arrondissement, les trottoirs sont encore en asphalte.

M. Tremblay a dit chercher l'équité dans cette démarche qui correspond à «l'équation de la réussite de cette grande ville». «Il n'y a pas de rébellion là-dedans. C'est un ajustement important qu'il faut faire. Peut-être qu'il y a un mauvais timing à cause de l'élection, entre autres, a-t-il reconnu. Ça fait beaucoup de choses à digérer, mais à un moment donné, on est obligés de bouger.»

Des propositions

Concrètement, les conseillers de CDN-NDG suggèrent d'éliminer notamment la rénovation du conservatoire des Serres à Westmount, le réaménagement de la caserne de pompiers de Baie-d'Urfé et la construction d'une conduite sous-marine pour alimenter l'Île-Dorval en eau potable. Dans ce dernier dossier, il faut souligner que les propriétaires villégiateurs ont acheté pour 25 000 $, en contravention à la loi et trois jours avant la fusion municipale, les biens publics de cette toute petite municipalité. Le dossier fait toujours l'objet de négociations au ministère des Affaires municipales.

Selon le plan de M. Tremblay et de ses collègues, les sommes récupérées chez les plus nantis devraient d'abord servir entre autres à l'érection d'une maison de la culture dans l'arrondissement de Villeray-Parc-Extension-Saint-Michel, à la rénovation de l'aréna Maurice-Richard dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve ainsi qu'à la réfection du chemin de la Côte-des-Neiges.

M. Tremblay se défend par ailleurs que son attitude soit interprétée comme une remise en question du leadership de son frère. «Personne ne va quitter l'UCIM [Union des citoyens de l'île de Montréal]. Gérald est toujours la personne capable de réaliser cette grande ville», a-t-il soutenu.

La discussion sur l'amendement et le vote sont prévus aujourd'hui lors de la poursuite des travaux de l'assemblée municipale.