Politique municipale - Une intolérance «inacceptable»

Selon Louise Harel, candidate à la mairie de Montréal, le conseil municipal de Hampstead, dans l'ouest de l'île de Montréal, a agi de manière «totalement hystérique» en tentant de destituer l'avocat Julius Grey en raison de l'appui qu'il lui manifeste.

Ne mâchant pas ses mots, Mme Harel a ajouté, au cours d'une entrevue qu'elle a accordée hier à La Presse Canadienne, qu'il s'agit là d'une intolérance inqualifiable et inacceptable.

Vision Montréal a confié le chantier de l'éthique et de la gouvernance à Me Grey, à la fin du mois de juin. Six grands chantiers de travail avaient alors été mis en branle.

Il y a deux semaines, le maire de la Ville de Hampstead, William Steinberg, avait dû opposer son veto à une résolution du conseil municipal exigeant que Me Grey cesse d'être embauché par la Ville. Celui-ci représente Hamsptead devant les tribunaux dans le cadre d'un litige concernant un parc pour chiens.

Cet épisode houleux à la mairie de Hampstead rappelle la délicate relation que l'ancienne ministre péquiste, qui a été l'architecte des fusions municipales, entretient avec la communauté anglophone de Montréal.

Louise Harel a souligné toutefois que la communauté anglophone est divisée et que l'attitude intolérante de certains de ses membres est minoritaire. Mais puisque la Ville de Hampstead est défusionnée, elle ajoute à la blague que ceux-ci ne pourront même pas avoir le plaisir de voter contre elle.

Mme Harel indique que des candidats vedettes de la communauté anglophone se joindront aux rangs de Vision Montréal sous peu.

À voir en vidéo