L'administration Tremblay lance Montréal technopole

Dès son arrivée à la Maison-Blanche, Barack Obama s'est montré proactif et s'est attaqué de front à la crise économique en proposant un plan de relance vigoureux. C'est dans le même esprit que Montréal souhaite stimuler l'économie en misant sur de grands projets comme moteurs de développement. Par la réalisation de Montréal technopole, les élus comptent faire du savoir, de l'innovation et de la créativité les principales assises de la nouvelle identité économique de la métropole.

Reconnu comme l'une des villes les plus effervescentes en Amérique du Nord en matière de haute technologie, Montréal regroupe un très grand nombre d'entreprises de pointe. Sur l'ensemble de son territoire, on compte 542 entreprises et organismes dans le domaine des sciences de la vie, répartis dans plusieurs secteurs de la métropole.

Montréal compte aussi onze établissements universitaires, dont quatre grandes universités et sept écoles affiliées, se classant ainsi depuis 2006 au premier rang des villes universitaires en Amérique du Nord, selon le nombre d'étudiants universitaires par habitant.

Grâce à ses entreprises, à ses établissements publics et parapublics ainsi qu'à ses organismes de recherche, la région de Montréal figure parmi les dix plus importantes métropoles nord-américaines dans le secteur biopharmaceutique. De plus, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) emploie près de 90 % des travailleurs actifs dans le domaine des sciences de la vie au Québec.

Dans un tel contexte, la capacité de rallier les acteurs stratégiques et de concevoir des liens entre eux est devenue un enjeu de développement considérable.

Miser sur les sciences de la vie

Tablant sur les sciences de la vie pour stimuler le dynamisme économique du grand Montréal, les élus ont mis en branle Montréal technopole, un projet constitué selon le principe des grappes industrielles et au coeur duquel les CHU occupent une place prédominante.

«Dans le contexte économique actuel, on peut dire que Montréal et le Québec s'en tirent bien. Si on se compare à l'Ontario, par exemple, où l'économie s'appuie largement sur l'automobile, on constate qu'une des raisons pour lesquelles ça se passe bien ici, c'est que notre économie est diversifiée. L'un des secteurs les plus importants à Montréal, c'est celui des sciences de la vie. Notre grande ambition, c'est de faire de Montréal une métropole créative d'envergure mondiale, une référence internationale en matière de savoir, et c'est pour cette raison qu'on a décidé d'investir dans le développement des sciences de la vie», commente M. Luis Miranda, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal et responsable du développement économique.

Différents pôles d'activité

Bien que les entreprises oeuvrant dans le domaine des sciences de la vie soient réparties un peu partout dans le grand Montréal, certains axes regroupent une plus forte concentration de ces établissements. Ainsi, articulé sur sept pôles et corridors différents dont les CHU sont les points d'ancrage, le projet Montréal technopole se développe sur une large portion du territoire de la région métropolitaine.

«Ce qui est intéressant avec ce projet-là, c'est qu'il n'est pas concentré dans un seul secteur. Il se déploie à travers l'île et touche même nos partenaires de Laval. Il y a d'abord le pôle du Centre, où on trouve le fameux CHUM, puis, autour de ça, il y a les pôles de l'Est, de Côte-des-Neiges, de Saint-Laurent, du Campus McDonald, de Laval et le corridor de l'Ouest», relève M. Miranda.

Le pivot : le pôle du Centre

Les hôpitaux de recherche affiliés aux universités sont au coeur du réseau hospitalier québécois. Deux des trois CHU montréalais sont actuellement situés dans le pôle Centre du projet Montréal technopole et contribuent de façon importante à la recherche médicale.

Regroupant le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), le Quartier de la santé, le Centre universitaire de santé de Montréal (CUSM, sites Glen et de la Montagne) et le Complexe des sciences de la vie de l'Université McGill, le pôle du Centre est l'agglomération où la plupart des interventions les plus sophistiquées ont lieu et où on trouve les infrastructures les plus développées. Ainsi, le pôle du Centre se présente naturellement comme le pivot de Montréal technopole.

Les pôles environnants

Malgré l'importante concentration des CHU au sein du pivot central, les pôles environnants ont plusieurs expertises à offrir et se démarquent par des spécialités diversifiées et complémentaires. Certains pôles s'appuient davantage sur les laboratoires de recherche précommerciale ou commerciale, habituellement de grande taille et relativement autonomes. C'est le cas notamment du corridor de l'Ouest, ainsi que des pôles du Campus McDonald et de Laval, où on trouve la Cité de la biotech et l'INRS-Institut Armand-Frappier.

D'autres, comme le pôle de l'Est, reposent davantage sur la recherche publique et clinique. Par exemple, c'est dans cet axe qu'on retrouve le Technopôle Angus, un parc d'entreprises en plein essor qui se veut l'un des moteurs de la génomique à Montréal. Le pôle IRB-Saint-Laurent, lui, se déploie autour de l'Institut de recherche en biotechnologie et se veut un important acteur dans le domaine biomanufacturier, alors que le pôle de Côte-des- Neiges se concentre surtout sur les technologies de la santé, avec le CHU Sainte-Justine.

Des échéanciers

Montréal technopole étant un projet de très grande envergure, son développement sera réalisé en plusieurs phases et suivra différents échéanciers selon l'évolution des divers pôles. À ce jour, les appels de propositions ont été lancés pour les CHU et, si tout se passe comme prévu, les partenariats public-privé devraient être adoptés en 2010 pour le CHUM et le CUSM.

«C'est certain que, avec la crise économique, on est plus prudent du côté des délais, confie M. Miranda. Mais, actuellement, on est vraiment en mode de développement. On a décidé de continuer à faire avancer Montréal sur le plan international et on n'est pas assis à attendre que ça avance!»

***

Collaboratrice du Devoir

***

- Pour avoir plus de détails sur Montréal technopole ou obtenir des renseignements sur les sept pôles et les budgets alloués aux différents projets: www.montreal2025.com.

À voir en vidéo