Au centre-ville - Des pommetiers ne fleuriront plus

L’opération de «déforestation» a été effectuée hier par une vingtaine d’émondeurs afin de construire la future salle de concert acoustique de Montréal.
Photo: Jacques Nadeau L’opération de «déforestation» a été effectuée hier par une vingtaine d’émondeurs afin de construire la future salle de concert acoustique de Montréal.

Une dizaine de pommetiers ont été coupés hier à la place Alfred-Duquesne, dans le Quartier des spectacles à Montréal, et ce, quelques semaines avant de fleurir. Et c'est sans compter la cinquantaine d'érables, d'ormes, de tilleuls et de frênes qui ont aussi été sciés.

Le quadrilatère formé par les rues de Montigny, Clark, Ontario et Saint-Urbain où les arbres ont été abattus accueillera d'ici quelques mois l'Adresse symphonique, la future salle de concert acoustique de Montréal. L'opération a été effectuée par une vingtaine d'émondeurs peu avant midi hier.

Les consultants en foresterie Groupe Desfor et Demers consultants forestiers ont étudié la possibilité de transplanter les arbres dans un autre espace vert. Les deux groupes sont arrivés à la conclusion qu'il valait mieux les couper, selon la Ville de Montréal.

«Les pommetiers sur le site étaient d'un âge avancé et plusieurs présentaient des problèmes de toutes sortes. En ce qui a trait aux érables, ils sont désormais trop gros pour être transplantés et certains d'entre eux sont situés dans une fosse en trottoir insuffisamment grande pour leur croissance», a indiqué la Ville de Montréal par voie de communiqué jeudi soir.

«Il en est de même pour les ormes et les tilleuls situés en bordure de rue. Parmi les autres essences qui se trouvent sur le site figurent le frêne et le micocoulier. Leur transplantation n'est pas justifiée par les experts», a-t-elle ajouté.

La Ville promet 64 nouvelles plantations sur le même site. Douze pommetiers et plus de 50 arbres feuillus seront notamment plantés. «Les essences ont été choisies en fonction de leur beauté et de leur résistance aux maladies.» À la fin du projet de construction du Quartier des spectacles, prévue en 2012, plus de 400 arbres auront été mis en terre dans le secteur, doublant ainsi le nombre d'arbres actuels, assure la Ville.

La Ville de Montréal et ses partenaires publics investiront près de 150 millions de dollars au cours des quatre prochaines années dans le secteur de la Place des Arts et du Quartier des spectacles.

Ceinturée par les rues City Councillors, Berri, René-Lévesque et Sherbrooke, la zone doit être entièrement transformée.

Celle-ci compterait entre autres une trentaine de salles de spectacle et environ 80 lieux de diffusion de la culture.
6 commentaires
  • Mario Plourde - Inscrit 11 avril 2009 01 h 39

    Il faut bien vivre en banlieue pour autoriser un tel masacre

    Outre le fait de priver d'un lieu de rencontre les inuits venant passer l'été en ville, assassiner un des lieux offrant le plus de magie au printemps démontre la médiocrité intellectuelle d'un corps professionnel sensé assurer la qualité de vie à Montréal. Un preneur de décision se définit par ses actions et visiblement un singe ou un individu voulant faire le mal n'aurait pas fait mieux. S'il est donné à l'homme d'agir sur ses intérêts individuels en fonction de sa vision du monde, les gens travaillant à la ville doivent certainement faire leurs perchoirs d'observation à partir de l'extérieur de la ville. Pour être un résident du secteur depuis près de 10 ans, je tiens à souligner ici mon dégoût pour ce saccage immonde du peu de nature montrélaise qui vivotait encore dans le coeur urbain du Québec. Après avoir creusé à côté un trou sans arrêt tout l'hiver, je suis certain que les promoteurs pourront enfin rouler en paix, sans végétation pour leur cacher leur soleil de dépenses imprévues et de style sans envergure.

  • Christian Bédard - Abonné 11 avril 2009 09 h 16

    Massacre à la tronçonneuse, version Gérard Tremblay

    Comment peut-on être aussi bête! Belle démonstration du souci qu'a Montréal pour son environnement et la santé de ses citoyens. Merci Monsieur Tremblay ! On s'en souviendra quand viendront les élections.

  • roger montreal - Inscrit 11 avril 2009 11 h 38

    Deux poids deux mesures

    Nous voyons comment nous sommes administrés ,la ville a coupé 70 arbres POMMETIERS AU CENTRE VILLE, la ville a coupé un arbre en pleinne santé a mon voisin, pour changer son entré d autos d endroit.
    Moi l arbre de la ville devant chez moi, est pourri plein de fourmis qui mangent le bois ,les pics bois le mangent,/UNE GROSSE BRANCHE RISQUE DE SE BRISER/car il y a un trou de 7 pouces de diametre, mais non il ne faut pas couper les arbres pour notre santé.
    Mais au centre ville et mon voisin il n y pas de danger pour la santé ,ou est la logique.
    Risquer que la branche tommbe sur ma maison ca aussi c est la santé.
    ROGER MONTREAL

  • Martine Savard - Inscrite 11 avril 2009 12 h 04

    Un choix difficile, mais nécessaire

    Si j'ai bien compris cet article, la Ville a été *obligée* de faire couper ces arbres pour permettre la construction de la nouvelle Salle de concert de l'OSM. Certains choix s'avèrent nécessaires, et celui-ci en était un. Je ne sais pas comment on peut oser blâmer notre maire, Gérard Tremblay, d'avoir manqué de jugement. J'ai l'impression que les deux autres commentaires ont été faits par des personnes très pressées, qui n'ont pas poursuivi leur lecture au-delà du titre de l'article... C'est bien stupide de leur part.

  • Mme Tellier - Inscrit 11 avril 2009 12 h 51

    On va s'en rappeler...

    À chaque printemps, j'attendais avec émerveillement la floraison de ces majestueux arbres aux fleurs roses. On aurait dit une rangée de beaux fruits lourds et murs dont on sentait l'essence avant même d'apercevoir ceux-ci. Une essence floral et enveloppante qu'on nous a désormais enlevé de force. Une telle richesse d'une profonde beauté en plein centre-ville qu'on nous arrache..

    Pour moi, l'avenir au centre-ville passait par l'environnement, ce qui est loin d'arriver avec le massacre dont il est question. Pourquoi la ville a-t-elle délégué ce projet à des gens qui se foutent de la qualité de vie des résidents du centre-ville?