Sorel-Tracy - L'Agenda 21 local est un outil pour le développement durable

En 2001, la région de Sorel-Tracy et du lac Saint-Pierre a été désignée en tant que Réserve mondiale de la biosphère par l’UNESCO, malgré la persistance de plusieurs usines polluantes.
Photo: Jacques Grenier En 2001, la région de Sorel-Tracy et du lac Saint-Pierre a été désignée en tant que Réserve mondiale de la biosphère par l’UNESCO, malgré la persistance de plusieurs usines polluantes.

Fondée en 1642, Sorel-Tracy, ville mixte alliant du même coup les aspects résidentiel, commercial et industriel, a été la quatrième ville établie au Canada. Située à la jonction même du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Richelieu, elle était jadis renommée pour être l'une des municipalités industrielles les plus polluées de la Belle Province. Mais, au cours des dernières années, elle a adopté plusieurs mesures pour verdir son image en empruntant l'avenue prometteuse du développement durable sur les plans industriel, municipal et social.

Par le passé, au coeur des missions vertes envisagées par Sorel-Tracy, on notait principalement deux volets: les déchets domestiques et la qualité de l'eau. Ainsi, déjà en 1990, la municipalité faisait des démarches en ce sens. Elle fit alors appel à la firme Conporec pour la gestion intégrée des déchets domestiques. Ce procédé permet dorénavant la revalorisation de plus de 75 % des résidus recueillis, ce qui représente un taux unique en Amérique du Nord, surpassant de loin les exigences établies par le gouvernement au cours de la dernière année.

Pour ce qui est de la gestion des eaux usées, en 1989, la Ville s'est tournée vers la technologie des étangs aérés. De cette manière, l'eau traitée qui est envoyée dans le fleuve est de meilleure qualité que l'eau pompée à même la rivière Richelieu, laquelle approvisionne l'usine d'épuration. Rappelons également que, en 2001, la région de Sorel-Tracy et du lac Saint-Pierre a été désignée en tant que Réserve mondiale de la biosphère par l'UNESCO.

L'Agenda 21 local mis en route

Or, à l'automne 2006, Sorel-Tracy a été l'une des premières villes à adopter son Agenda 21 local, un projet plurisectoriel et participatif qui est venu pourvoir la Ville d'une vision d'avenir et d'un plan d'action stratégique traitant des enjeux locaux et prééminents en matière de développement durable.

Globalement, l'Agenda 21 renferme six grands défis, douze orientations et trois chantiers regroupés dont la devise est «Vivre ma ville». Ledit projet vise à guider les élus et les dirigeants municipaux dans leurs décisions. Au rang des pistes d'action envisagées, on compte notamment le développement du logement social, la bonification de la performance énergétique des bâtiments de la Ville et la constitution d'une politique de foresterie urbaine. La présente initiative rend donc possible la formation de relations plus consolidées entre les milieux social, économique et écologique. Conséquemment, la participation citoyenne a été un aspect prépondérant au cours des démarches pour la mise en oeuvre de l'Agenda 21.

Parmi les différentes initiatives prises, la revitalisation du Vieux-Sorel, qui constitue le quartier du centre-ville particulièrement touché par la pauvreté ainsi que par la décrépitude de ses bâtisses et de son architecture, s'inscrit parmi les actuelles priorités de développement. À ce titre, on note le projet des Habitations Saint-Maxime.

Habitations Saint-Maxime

Il s'agit de vingt unités de logement destinées aux familles de trois enfants ou plus ayant un revenu modeste, prévues pour les prochains mois et construites sur un terrain vacant, soit l'ancien stationnement de l'église adjacente. Le Groupe de ressources techniques en habitation de la région de Sorel est l'organisme qui intervient entre les futurs habitants, la Ville et le programme provincial Accès-Logis. «Une des caractéristiques propres à Sorel-Tracy, c'est qu'il n'y a pas eu de construction de logements sociaux depuis 1988. Et c'est à la suite d'une étude faite en 2000 qu'on a déterminé ce besoin, vu la carence de 5 1/2 et de 6 1/2 pour les familles nombreuses. On a donc voulu remédier à la situation», déclare Corina Bastiani, conseillère municipale de Sorel-Tracy.

Si le développement durable se définit selon trois axes principaux, soit l'environnement, l'économie et l'être humain, «tant qu'à construire, mieux vaut intégrer qualité et développement durable. Les Habitations Saint-Maxime font donc partie de l'un des projets qui ont été acceptés par Accès-Logis dans le cadre des programmes novateurs en développement durable», poursuit la conseillère.

Les Habitations Saint-Maxime se conforment ainsi aux normes de qualité Novoclimat, un concept de l'Agence de l'efficacité énergétique permettant d'améliorer d'au moins 25 % le rendement énergétique des bâtiments.

Cela dit, l'initiative de Saint-Maxime est différente des autres projets de ce type. À défaut d'être érigées en immeubles à appartements, les Habitations Saint-Maxime font office de maisonnettes de ville en rangée qui viennent compléter la trame urbaine et la dynamique existante dans le Vieux-Sorel: «On a fait plusieurs choix, dont le fait d'opter pour des cours arrière plus grandes, avec plus d'espace de gazon que de stationnement», d'ajouter Mme Bastiani.

Ressortaient également l'importance de la notion de proximité, l'aspect piétonnier et la revitalisation d'un terrain vacant. «Et tous ces choix ont été faits de façon démocratique, en associant les principaux concernés, soit les futurs résidants», relate la conseillère municipale. Les Habitations Saint-Maxime consistent en un projet porté par le milieu. Il s'appuie sur la concertation, ce qui est une partie intégrante de la notion même de développement durable.

Plus précisément, les Habitations Saint-Maxime sont dotées entre autres d'un système de récupération de l'eau de la douche, d'un système d'éclairage économique et écologique, de planchers radiants et de fenêtres à haute efficacité énergétique. «C'est un projet de collectivité. La Ville a investi un demi-million de dollars, en partenariat avec la Société d'habitation du Québec et la Caisse Desjardins, ce qui a mobilisé beaucoup d'énergie et de volonté.» En plus de mettre ses techniciens à la disposition du projet d'habitation, la municipalité de Sorel-Tracy a également offert un crédit d'impôt foncier complet de 25 ans. En vérité, en vertu de ses maintes incitations au développement durable, Sorel-Tracy se classe parmi les villes québécoises emblématiques.

***

Collaboratrice du Devoir

À voir en vidéo