Griffintown: les propriétaires fonciers s'impatientent

Griffintown
Photo: Jacques Nadeau Griffintown

Même s'il songe de revoir à la baisse la première phase du projet Griffintown, le promoteur Devimco assure qu'il a toujours l'intention de réaliser le redéveloppement de ce quartier du Sud-Ouest. Certains propriétaires fonciers du secteur commencent toutefois à s'impatienter compte tenu de l'incertitude qui plane sur le projet.

En novembre dernier, le promoteur Devimco avait fait savoir qu'en raison de la crise financière mondiale, il repoussait à l'été 2010 le début des travaux de construction de la première phase du projet. Ces travaux devaient commencer à l'automne 2009. Voilà qu'il envisage maintenant de réduire l'ampleur de la première phase du projet, à l'origine évaluée à 400 millions de dollars, a révélé hier le quotidien The Gazette.

«On veut réaliser un projet dans Griffintown. Il n'y a pas de doutes là-dessus, mais on étudie maintenant un autre scénario», a indiqué hier André Bouthillier, porte-parole du promoteur. Le début du projet aurait une taille plus réduite, mais on espère qu'à court ou à moyen terme, le climat économique aidant, on pourra revenir à notre scénario initial.»

M. Bouthillier n'a pu fournir davantage de détails sur les modifications envisagées, mais il a évoqué l'idée que la proportion de logements construits dans la première phase soient revue. Rappelons que le volet résidentiel représentera 65 % de l'ensemble du projet et qu'au total, des investissements de 1,3 milliard sont prévus. Devimco devrait présenter à la Ville de Montréal un projet révisé d'ici deux à trois semaines, a-t-il ajouté.

Devimco dispose des 210 millions requis pour l'achat de terrains et leur raccordement aux infrastructures municipales, mais le promoteur cherche toujours les partenaires financiers internationaux dont il a besoin pour la réalisation de l'ensemble du projet. Le climat économique complique sa tâche.

Le responsable du développement économique au comité exécutif de la Ville, Alan DeSousa, se dit toujours confiant de voir le projet se réaliser. «Il faudrait être aveugle pour ne pas voir qu'il y a une turbulence dans les marchés. Dans ce contexte, ce n'est pas surprenant que Devimco soit en train de revoir son projet. C'est à eux de déterminer comment ça affecte le projet qu'ils ont sur la table», a-t-il dit. Une rencontre entre les représentants de la Ville et le promoteur est prévue au mois de février, a ajouté M. DeSousa.

Certains propriétaires fonciers du secteur de Griffintown doutent fort que le projet se réalise un jour. C'est le cas d'Harvey Lev, dont les terrains faisaient l'objet d'une option d'achat depuis trois ans par Devimco, jusqu'en décembre dernier. Le fait que plusieurs options d'achat aient été retirées est de mauvaise augure, selon lui. Devimco détiendrait des promesses d'achat sur 55 % des propriétés de Griffintown, alors qu'en juillet dernier, ce taux s'élevait à 88 %. Évoquant l'impossibilité de louer les locaux vacants des bâtiments dont il est propriétaire, M. Lev s'impatiente: «S'il n'y a pas de projet, soutient-il, il faut faire une annonce publique.»

À voir en vidéo