Brossard - Une séance houleuse du conseil est filmée malgré les réticences du maire

Même s'il demeure convaincu que la présence de caméras aux assemblées du conseil municipal intimide les citoyens, le maire de Brossard, Jean-Marc Pelletier, n'a pas empêché MédiaSud de filmer la séance du conseil de lundi soir. Caméras ou pas, le maire a eu peine à maintenir l'ordre lors de cette assemblée houleuse, ponctuée d'échanges acerbes entre élus et citoyens.

Minoritaire au conseil, le maire Pelletier a pris le parti d'appliquer à la lettre le règlement de régie interne adopté le mois dernier par les conseillers qui forment la majorité. Ce règlement, faut-il le rappeler, autorise les caméras à filmer à leur guise les assemblées du conseil. Le maire a toutefois pris soin de demander à MédiaSud, un portail d'information de la Rive-Sud, de s'abstenir de filmer la période de questions des citoyens. Cette consigne n'a pas été suivie, et MédiaSud s'est même permis de transmettre l'assemblée en direct sur Internet au bénéfice des Brossardois restés à la maison.

Remarques acides

Mais les questions budgétaires de même que l'enquête dont fait l'objet le maire par le ministère des Affaires municipales et des régions (MAMR) et les controversés bacs de recyclage ont rapidement pris le dessus lors des débats. Pendant que les élus s'échangeaient des remarques acides, les citoyens interpellaient les conseillers sans se préoccuper du protocole. «Je préside un cirque. C'est le meilleur spectacle en ville et c'est gratuit», a résumé le maire au terme de l'assemblée.

Jean-Marc Pelletier a refusé de commenter l'enquête menée par le MAMR au sujet d'un voyage en Chine qu'il a effectué en 2007 et de l'octroi d'un contrat pour la conception d'une carte en 3D de la ville de Brossard. «L'enquête est en cours. On verra les conclusions du ministère», a dit le maire.

Taux d'endettement

Les élus ont par ailleurs été questionnés au sujet de la situation financière de la Ville de Brossard qui sera connue en décembre lors du dépôt du budget de 2009. Bien qu'il ait été incapable de préciser le taux d'endettement de la Ville, le conseiller indépendant Daniel Lucier l'a qualifié d'«excellent.» Jean-Marc Pelletier était beaucoup moins optimiste, évaluant cette dette à 40 millions. Le maire a également critiqué l'emprunt de 3,9 millions qui sera contracté par la Ville pour diminuer les taxes en 2009.