Verdun convertit des logements en condos

Verdun ne se prive pas de convertir des logements en condos, et ce en dépit de l'interdiction qui existe à ce sujet depuis des années sur l'île de Montréal. Pour le Comité d'actions des citoyennes et citoyens de Verdun (CACV), il s'agit là d'une situation inacceptable en pleine crise du logement, et on craint qu'elle fasse boule de neige dans d'autres arrondissements montréalais.

Depuis cinq ans, Verdun a perdu 201 logements locatifs au profit de la création de 160 unités de condos.


Au cours des derniers mois, six autres demandes de conversion d'immeubles de trois à six logements ont été accordées par le conseil d'arrondissement. Or les locataires de Verdun sont trop pauvres pour pouvoir acquérir les nouveaux logis et se font donc évincer, parfois avec une indemnité, souvent sans connaître leurs droits, toujours en ayant l'impression de ne pouvoir rien faire.


«Ce n'est pas pour les gens du quartier qu'on a ces condos», s'exclamait hier en conférence de presse Chantal Lamarre, directrice du CACV.


La Loi sur la Régie du logement interdit la conversion en condos sur le territoire montréalais mais prévoit qu'un règlement municipal dérogeant à cette interdiction peut être en vigueur à certaines conditions.


En 1995, la Ville de Verdun a donc adopté un tel règlement qui, techniquement, ne semble pas aller à l'encontre de la loi mais qui, selon le CACV, est loin d'en respecter l'esprit et même encourage la conversion.


Verdun utilise ainsi les fonds d'un programme gouvernemental devant servir à la revitalisation des vieux quartiers pour subventionner la conversion en condos, versant jusqu'à 10 000 $ par logement.


Le règlement de Verdun est toujours en vigueur en cette année de transition qui suit la création de la nouvelle ville de Montréal. Vu la volonté de l'administration Tremblay de décentraliser le plus de pouvoirs vers les arrondissements, le CACV craint que cette façon de faire non seulement subsiste à Verdun mais n'inspire d'autres quartiers, car les condos sont très recherchés sur le marché immobilier.


«Il faut éviter que cet état de fait se propage à la grandeur de l'île de Montréal. À la veille du Sommet de Montréal, il faut que l'administration Tremblay rappelle à l'ordre les élus municipaux», a déclaré Mme Lamarre.


«Ce ne sont pas les arrondissements mais bien le conseil municipal qui doit gérer la conversion en condos pour avoir une vision cohérente de la situation», a ajouté à ses côtés Daniel Chainey, du Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec, qui croit que la situation à Verdun est tout simplement «odieuse».