La vice-présidente du comité exécutif de Montréal démissionne à son tour

Trois mois après le départ de Frank Zampino, le maire Gérald Tremblay perd une autre alliée avec la démission de la vice-présidente de son comité exécutif, Francine Senécal. Celle-ci a accepté un poste de directrice générale du Cégep du Vieux-Montréal. Elle assumera ses nouvelles fonctions à compter de janvier prochain.

Bien qu'elle ait déjà quitté ses fonctions au comité exécutif, Mme Senécal continuera de siéger comme conseillère du district de Côte-des-Neiges jusqu'à la fin de son mandat, à l'automne 2009.

«Ce nouveau poste [...] marquera pour moi un retour à ma première passion, écrit-elle dans une lettre datée du 1er octobre et adressée au maire Tremblay. Le défi qu'on m'offre de relever est emballant; le Cégep du Vieux-Montréal est une institution phare de notre métropole.»

Élue en 2001 avec l'équipe de Gérald Tremblay, Mme Senécal a occupé diverses fonctions au sein du comité exécutif. Outre la vice-présidence, elle s'est vu confier, au fil des ans, les dossiers de gestion du capital humain, de culture, de sport et de loisirs.

Détentrice d'une maîtrise en sciences politiques, Mme Senécal a travaillé à la Direction générale de la formation professionnelle et technique du ministère de l'Éducation, de 1988 à 1995. Elle a ensuite occupé les fonctions de directrice générale du Collège Lionel-Groulx avant de faire le saut en politique municipale. Elle remplacera le directeur actuel du Cégep du Vieux-Montréal, Jacques Roussil, qui prendra sa retraite en janvier prochain.

Par voie de communiqué, Gérald Tremblay a salué hier la contribution de Mme Senécal en lui souhaitant du succès dans ses nouvelles fonctions.

Le départ de Mme Senécal soulève plusieurs questions sur l'état d'esprit de l'équipe au pouvoir, estime le chef de l'opposition, Benoit Labonté. «En cinq mois, le président et la vice-présidente du comité exécutif ont quitté leurs fonctions. Dans n'importe quelle entreprise privée, s'il y avait le départ du p.-d.g. et du premier vice-président en cinq mois, je pense que les cotes à la Bourse ne seraient pas fantastiques le lendemain», a-t-il indiqué.