Notre-Dame sera un boulevard en surface

Le projet de modernisation de la rue Notre-Dame que proposeront bientôt la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec sera à mi-chemin des positions respectives des deux parties: un boulevard urbain en surface avec certains tronçons en dépression.

C'est Claude Dauphin, responsable du transport au comité exécutif, qui a fait cette précision, hier, lors d'une séance extraordinaire du conseil municipal. M. Dauphin a expliqué que le comité mixte qui planche sur le projet depuis quelques semaines a finalisé les neuf dixièmes de la proposition qui sera soumise à la population «d'ici quelques jours ou quelques semaines».


«Dans le compromis qui sera proposé, a-t-il indiqué, l'intention c'est de faire passer le plus possible "le routier" au sud, vers le port, tout en rétrécissant le plus possible le centre entre les voies des deux directions. Sur le côté nord, on concentrera la piste cyclable, les voies réservées en site propre pour le transport en commun et beaucoup d'aménagement paysager. [...] Ainsi, on laisse le boulevard le plus loin possible des résidences.»


M. Dauphin a ajouté que le projet tout en surface soumis en début d'année par la Ville de Montréal aux commissaires du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) a été privilégié par le comité. Cependant, «on veut faire quelques dépressions pour conserver le plus possible les parcs», a-t-il dit. Mais l'intention est d'aller «le moins possible en sous-sol».


Les parcs Morgan/Champêtre et Bellerive seront ainsi conservés, voire agrandis. La question du parc Dézéry, cependant, pose problème, a précisé à son tour le maire de Montréal, Gérald Tremblay. «On travaille là-dessus actuellement pour voir si c'est possible de lui donner une plus grande dimension. On discute actuellement avec le Port de Montréal à ce sujet.»


Un des deux obstacles qui retardent l'annonce du projet est la distance des diverses tranchées qui devraient être creusées. Commencent-elles à telle rue ou à telle autre rue? C'est à quoi tenteront de répondre au cours des prochains jours les membres du comité.


Autre question sur laquelle butent les représentants des deux partenaires, soit la Ville et le ministère des Transports du Québec: le nombre de voies nord-sud des quartiers limitrophes qui croiseront le boulevard Notre-Dame, ce qui ajoute à chaque fois un feu de circulation.


«Ça aussi ça nous retarde un peu en vue de l'annonce officielle», a affirmé M. Dauphin.


Après que l'annonce sera faite par le maire et le ministre Serge Ménard, le projet sera soumis à la consultation publique.


Personne n'a été capable, hier, de dire quand les travaux pourraient débuter.