Carrière Saint-Michel - Des bémols pour le projet de centre commercial

Bien qu'il soit prometteur pour la revitalisation du quartier Saint-Michel, le projet de centre commercial sur le site de l'ancienne carrière Saint-Michel comporte plusieurs lacunes, croit l'Office de consultation publique de Montréal. Dans son rapport rendu public hier, l'Office recommande au promoteur de réduire la circulation automobile sur le site et de verdir son projet afin de contrer plus efficacement les îlots de chaleur.

Aménager un centre commercial dans une carrière désaffectée d'une profondeur de 70 mètres constitue un défi, reconnaît d'emblée l'Office, qui souligne dans son rapport les efforts de concertation déployés par le promoteur, SmartCentres, pour recueillir l'adhésion des citoyens à son projet.

SmartCentres souhaite construire un centre commercial comportant plusieurs magasins à grandes surfaces dans l'ancienne carrière Saint-Michel. Compte tenu de la configuration particulière du site, les bâtiments seront répartis sur trois plateaux. Les plans prévoient également l'aménagement de stationnements, d'espaces verts et de voies piétonnes et cyclistes. Pour réaliser son projet, le promoteur avait conclu une entente avec la Ville afin de se porter acquéreur d'un terrain d'une superficie de 371 000 mètres carrés, pour la somme de dix millions de dollars.

Bien que l'Office soit plutôt favorable à ce projet «porteur de renouveau», il s'interroge sur le nombre important de déplacements automobiles autour des bâtiments, ce qui, en plus de rendre les lieux moins conviviaux pour les cyclistes et les piétons, aura des effets négatifs sur la qualité de l'air. Il propose donc au promoteur d'opter pour la construction d'un stationnement étagé, et l'invite à augmenter la plantation d'arbres et de végétaux pour contrer le phénomène des îlots de chaleur. Il suggère d'ailleurs au promoteur de conserver un boisé, situé sur le plateau inférieur, au lieu d'y construire un stationnement.

La Ville a promis hier d'étudier attentivement les recommandations de l'Office. «Il faudra regarder la faisabilité de ce que propose l'Office, a indiqué Anie Samson, mairesse de l'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension. Le stationnement étagé tel que suggéré par l'Office, par exemple, correspond à une structure de 30 mètres de haut, soit un stationnement de plus de 15 étages, ce qui n'est pas nécessairement réalisable.»

À voir en vidéo