Réfection de la rue Notre-Dame: des élus réclament d'être associés au projet

Les élus de l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, celui qui sera le plus touché par la réfection de la rue Notre-Dame, ont été écartés de toutes les discussions à ce sujet.

C'est ce qu'ils ont déploré hier lors d'une conférence de presse visant à demander à l'administration Tremblay de les intégrer au sein du comité mixte chargé de mettre en oeuvre toute décision gouvernementale et municipale dans le projet de modernisation de la rue Notre-Dame. «Tout ce qu'on sait du projet depuis la décision rendue par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement [BAPE], c'est qu'un comité restreint travaille derrière des portes closes en attendant qu'une décision des plus importantes pour l'avenir de notre arrondissement et de la métropole connaisse un dénouement», a indiqué le président de l'arrondissement, Ivon Le Duc. «C'est inacceptable!» Selon M. Le Duc, la création de la nouvelle ville de Montréal a reconnu l'arrondissement comme étant au coeur de la réussite des fusions municipales, «ce à quoi a souscrit le maire Gérald Tremblay dès son entrée en fonction. Il faut maintenant en faire la preuve».