Enquête - Les déneigeurs, ces incompris

De façon générale, les opérateurs de camions de déneigement aiment leur métier et ont l'impression de rendre un service important à la population. Mais une majorité d'entre eux jugent pénibles les critiques dont ils font l'objet de la part de la population.

C'est ce que révèle une enquête faite par l'Association mondiale de la route (AIPCR), section Québec, publiée dans la revue Routes et transports, enquête qui fut menée auprès de 757 opérateurs de machinerie de déneigement dans sept régions du Québec.

Dure, la critique

On y apprend que 54 % des opérateurs interrogés considèrent que les critiques de la population à l'égard de leur travail constituent l'élément le moins intéressant de leur métier. Celles des médias sont évoquées par le quart des répondants, alors que les critiques provenant des employeurs ou des élus n'affectent que 6 % d'entre eux.

Les employés effectuant le déneigement déplorent également leurs conditions de travail difficiles et le manque de souplesse des horaires qui affectent leur qualité de vie. Plus de 70 % d'entre eux affirment devoir travailler souvent le soir ou pendant la nuit.

Cette enquête ne constitue pas un sondage scientifique. Des questionnaires ont été remis à des travailleurs à l'emploi du ministère des Transports et de plusieurs municipalités québécoises, dont Québec, Sherbrooke, Trois-Rivières et Lévis. Compte tenu du faible taux de participation des employés de la Ville de Montréal, leurs réponses n'ont pas été incluses dans l'analyse.

À voir en vidéo