VDFR: le dépôt du rapport est reporté

La possibilité de permettre le virage à droite au feu rouge à Montréal ne laisse personne indifférent. Alors qu'au moins cinq arrondissements à ce jour se sont prononcés contre une telle mesure, la Ville reporte de trois mois le dépôt du rapport de la commission spéciale mandatée pour étudier le projet.

Le comité exécutif a jugé nécessaire, hier, de permettre la poursuite des audiences publiques sur l'implantation du virage à droite au feu rouge (VDFR) pendant encore quelques semaines. Plutôt que d'être déposé le 27 janvier, le rapport serait ainsi remis le 28 avril prochain. «Étant donné l'intérêt suscité par les travaux de cette commission et afin de permettre une meilleure compréhension de la problématique soulevée, note le comité, il est nécessaire de prolonger la période de consultation et, par conséquent, de retarder la remise du rapport.»

Devant la forte réaction, essentiellement défavorable à la mesure, la Ville se donne donc plus de temps. Surtout que les arrondissements de l'ex-ville de Montréal sont de plus en plus nombreux à adopter des motions condamnant le VDFR. À ce jour, les arrondissements Rosemont-Petite-Patrie, Plateau Mont-Royal, Sud-Ouest, Villeray-Saint-Michel-Parc Extension et Ahuntsic-Cartierville sont du nombre.

Dernier en date à prendre position, l'arrondissement Plateau Mont-Royal a eu quelque difficulté à adopter sa motion. C'est qu'un des quatre conseillers, Michel Prescott, est en faveur du VDFR, notamment pour les économies d'énergie que cela peut entraîner dans le contexte de la ratification du protocole de Kyoto, a-t-il précisé.

«Il a été stupéfiant de voir l'argumentation invoquée par le conseiller de Jeanne-Mance [M. Prescott], spécialiste du patinage artistique sur les questions de fond», a lancé lundi le conseiller Nicolas Tétrault.

M. Prescott estime qu'il est nécessaire que le Québec, y compris Montréal, permette le VDFR comme l'Ontario ou les États-Unis. Il reconnaît cependant que l'attitude des automobilistes d'ici n'a rien à voir avec celle de nos voisins canadiens, qui respectent beaucoup plus les passages piétonniers. Mais, dit-il, une campagne de sensibilisation d'une petite année pourrait permettre de changer les comportements pour de bon, croit-il.

Malgré cela, la motion a pu être adoptée puisque la conseillère Helen Fotopulos, qui fait partie de la même formation politique que M. Prescott, s'est ralliée à la proposition de l'Équipe Bourque.

Lors des deux séances de consultation publique qui ont eu lieu à la mi-novembre, c'est presque à l'unanimité que les citoyens qui se sont exprimés ont rejeté l'idée de virer à droite au feu rouge. Quelques jours plus tard, le responsable du transport au comité exécutif, Claude Dauphin, laissait entendre qu'il pourrait abandonner l'implantation du VDFR.