Prolongement de la ligne orange jusqu'à Laval - Le métro roulera fin avril

Promis au coût de 179 millions par le gouvernement de Lucien Bouchard à l'aube de la campagne électorale de 1998, le tronçon du métro à Laval sera mis en service à la fin d'avril, deux mois avant l'ouverture prévue pour le 1er juillet. L'opération aura finalement coûté 745 millions, un peu moins que le budget révisé, précise-t-on à l'Agence métropolitaine de transport (AMT).

«Terminus Montmorency, merci d'avoir voyagé avec la STM.» Ce message enregistré résonnera dans les oreilles des Lavallois dès le 28 avril, date de la mise en service des trois stations de métro à Laval. L'ouverture du tronçon de Laval a pu être devancée de deux mois, par rapport à l'échéancier prévu, comme l'annonçait Le Devoir en janvier dernier.

«Maintes fois promis au cours des 30 dernières années, ce projet connaît aujourd'hui son aboutissement», s'est réjoui le président-directeur général de l'AMT, Joël Gauthier. Chiffres à l'appui, il s'est vanté d'être arrivé à livrer son mandat plus rapidement que prévu et à moindre coût, du moins par rapport au budget définitif autorisé par Québec, qui était plus de quatre fois supérieur à l'engagement de 1998. Le prolongement de la ligne orange vers les stations Cartier, de la Concorde et Montmorency aura finalement coûté 745 millions plutôt que les 803 autorisés.

«Cela illustre toute la rigueur avec laquelle le dossier a été géré depuis que nous avons repris les rênes en 2004», a poursuivi M. Gauthier, soulignant que le coût de construction de 143 millions du kilomètre est de 22 % moins élevé que la moyenne internationale.

3000 autos de moins

Les usagers du métro à Laval devront néanmoins payer un peu plus cher que ceux qui y montent sur l'île ou à la station Longueuil, lesquels voyagent simplement avec la carte autobus-métro (CAM), vendue au prix de 65 $. Ils devront être munis d'une TRAM 3, une carte de transport régionale au coût de 103 $ qui donne accès à une portion du réseau de train de banlieue, au réseau de la Société de transport de Laval (STL) et à celui de la Société de transport de Montréal (STM).

Il sera toutefois possible de payer pour le passage à la pièce, au coût de 2,75 $ (1,75 $ pour le tarif réduit). Ces tarifs seront en vigueur pour les passagers qui embarquent à Laval, mais la CAM et les lisières de tickets réguliers de la STM seront valides pour le voyage entre Montréal et Laval. Les 28 et 29 avril, la STM déverrouillera cependant les tourniquets pour permettre aux usagers de se familiariser gratuitement avec le nouveau tronçon.

Le prolongement du métro devrait permettre 50 000 déplacements supplémentaires par jour (en semaine), dont 17 000 à l'heure de pointe. On estime que 3000 automobiles seront ainsi retirées de la circulation sur les ponts, qui auraient produit environ 15 000 tonnes de gaz à effet de serre annuellement. «C'est l'équivalent d'une voie d'autoroute», illustre le p.-d.g. de l'AMT, précisant que l'achalandage s'avère très souvent plus important que ne le laissent entrevoir les études de marché.

La STM est confiante que le réseau montréalais saura supporter cette hausse de l'achalandage. «Nous avons augmenté le nombre de trains et rénové les MR-73. Nous sommes capables de faire face à la situation sans ajouter d'autres trains», assure le président de la STM, Claude Trudel.

Les usagers devront toutefois être vigilants pour se rendre jusqu'à Laval. Un train sur deux traversera vers l'île Jésus aux heures de pointe, l'autre s'arrêtera à la station Henri-Bourassa. Un affichage à la tête du train et, éventuellement, sur les quais, préviendra les usagers de la destination.

Les trois nouvelles stations seront accessibles pour les personnes à mobilité réduite. Ces dernières ne pourront toutefois pas ressortir aussi facilement une fois rendues à Montréal. À la STM, on assure cependant que cinq stations du métro de Montréal devraient être munies d'ascenseurs d'ici 2010, une opération qui coûte entre 8 et 10 millions par station.

Pour inciter les Lavallois et les résidants de la couronne nord à se convertir au métro, l'AMT leur offre quelque 1800 places de stationnement incitatif aux stations Montmorency et Cartier, dont les deux tiers seront gratuites. Le tiers restant devrait être loué environ 80 $ par mois (le tarif définitif sera décidé dans les prochaines semaines), un prix comparable à ce que paient tous les usagers du stationnement au métro de Longueuil.

L'ouverture du tronçon, ainsi que de terminus d'autobus aux stations Montmorency et Cartier, entraînera une reconfiguration complète du réseau d'autobus de la STL, dont la majeure partie des circuits convergent actuellement vers le métro Henri-Bourassa.
1 commentaire
  • Eric Prévost-Dansereau - Inscrit 12 avril 2007 08 h 30

    Pas si cher, finalement...

    On a souvent crié au scandale à propos des coûts du métro à Laval... À 143M$/km, étant 22% moins cher que la moyenne, c'est pratiquement une aubaine!

    Au tour de la ligne bleu est, maintenant!!