Du Parc ou Robert-Bourassa? - Les opposants au changement de nom sont près du but

Les opposant au projet de changement de nom de l'avenue du Parc visant à honorer la mémoire de l'ancien premier ministre Robert Bourassa estiment qu'il leur manque seulement l'appui de cinq conseillers municipaux pour faire battre la motion lors du conseil municipal du 27 novembre prochain.

Selon le décompte dévoilé hier par l'Association des gens d'affaires de l'avenue du Parc, 27 élus municipaux auraient déjà décidé de voter contre la motion proposée par le Comité exécutif. Pour la défaire, les opposants doivent atteindre le chiffre magique de 32 voix.

Outre la plupart des membres de l'opposition (à l'exception du conseiller Richer Dompierre), les trois élus du Plateau et quatre des six élus de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, cinq membres du parti du maire Gérald Tremblay (l'UCIM) auraient rejoint les rangs des opposants. Ces cinq conseillers, qui préfèrent rester dans l'ombre pour l'instant, pourraient se faire connaître en conférence de presse au cours des prochains jours.

«On a identifié 15 à 17 "votes mous". Nous sommes confiants qu'on va ramasser les cinq votes qui nous manquent», fait valoir le porte-parole de l'association, Chriss Karidogiannis.

Les détracteurs du projet ont été à pied d'oeuvre au cours des 10 derniers jours pour assister à tous les conseil d'arrondissement. La pétition qui circule compte maintenant 35 000 signatures. «Et ça continue!», lance M. Karidogiannis, qui compte faire un lobby intensif auprès des conseillers au cours des deux prochaines semaines.

Bannières

M. Karidogiannis a par ailleurs déploré le refus de l'arrondissement Plateau-Mont-Royal d'autoriser le déploiement de bannières au-dessus de l'avenue du Parc. Le comité avait prévu un budget de 20 000 $ pour une telle opération de visibilité. Vérification faite, l'arrondissement Plateau-Mont-Royal affirme n'avoir reçu aucune demande en ce sens.

Vision Montréal a joint sa voix à celle de l'Association des gens d'affaires pour demander au maire Tremblay de retirer son projet. «La façon de faire du maire a fait de l'hommage à Robert Bourassa un dossier diviseur plutôt que fédérateur. Il est temps de mettre fin à cette controverse et de retrouver la sérénité indispensable pour arriver à un consensus», déclare la porte-parole de l'Opposition à l'hôtel de Ville, Noushig Eloyan.

L'opposition estime que le maire Tremblay a contrevenu à la Politique du patrimoine adoptée l'an dernier, qui recommande de solliciter la participation du public lors de l'adoption de règles et de critères de dénomination de lieux publics.

Ce tir groupé de l'opposition et des marchands ne fait pas ciller le cabinet du maire. «Le vote aura lieu le 27 novembre», réplique simplement la porte-parole du maire, Christiane Miville-Deschênes.