Stade Percival-Molson - Montréal donne le feu vert aux Alouettes

Une nouvelle étape dans le projet d'agrandissement du stade Percival-Molson, situé au flanc du mont Royal, a été franchie hier. Le conseil municipal de la Ville de Montréal a adopté une nouvelle version du projet de règlement autorisant les travaux projetés par les Alouettes de Montréal.

La version «nouvelle et améliorée» du règlement tente de répondre aux objections des citoyens qui ont critiqué le projet lors des audiences publiques de l'Office de consultation publique de Montréal.

On prévoit entre autres que l'écran géant devra être installé entre 30 et 60 centimètres moins haut que ce qui était prévu dans les plans initiaux et qu'il devra être masqué par une plantation de conifères.

En outre, pour chaque arbre qui sera coupé afin d'installer l'écran et de construire 5000 nouvelles places, le promoteur devra en planter 2,5, contre 2 dans le dernier projet de règlement. Les Alouettes devront également prévoir la plantation de 500 arbustes.

«Nous avons pris toutes les dispositions requises pour que la rénovation du stade Percival-Molson soit réalisée en tenant compte de l'intérêt collectif tout en assurant une intégration harmonieuse du stade avec le mont Royal», a fait valoir la responsable de Sport et loisirs au comité exécutif, Francine Sénécal.

Un comité de «bon voisinage» a également été mis en place, réunissant des habitants du quartier et des représentants des Alouettes ainsi que des services municipaux.

Afin de réduire l'impact du flot de partisans qui déferlent dans les rues avoisinantes les soirs de matchs, une nouvelle entrée principale débouchant sur l'avenue du Parc sera aménagée sur le côté est du stade, afin de limiter l'affluence dans le quartier résidentiel de Milton-Parc.

En réponse aux inquiétudes de plusieurs citoyens qui craignaient que l'université McGill et les Alouettes cherchent à rentabiliser leur investissement en organisant plusieurs événements à grand déploiement dans le stade, la Ville a annoncé hier qu'une lettre d'entente sera signée par les deux institutions afin de limiter l'usage aux seules manifestations sportives.

Le projet d'agrandissement devrait coûter 27 millions, dont 4 millions proviennent des Alouettes. Les trois paliers de gouvernement seront sollicités pour financer le reste. «On n'a pas encore décidé quel sera l'investissement de Montréal», a précisé Mme Sénécal.

Le nouveau projet de règlement pourrait être soumis à un référendum, si une majorité de citoyens des rues limitrophes s'y opposent en signant un registre. Dans le meilleur des cas, s'il n'y a pas de référendum et que Québec approuve le projet rapidement, les travaux pourraient débuter au printemps prochain.