Élection partielle - Le parti de Tremblay reprend le district de Bourque

23% des électeurs de Marie-Victorin sont allés voter hier.
Photo: Annik MH de Carufel 23% des électeurs de Marie-Victorin sont allés voter hier.

Le règne de Pierre Bourque est bel et bien fini. Le candidat de l'Union des citoyens de l'île de Montréal (UCIM), Carle Bernier-Genest, a ravi le district de Marie-Victorin hier par 331 voix. C'est Projet Montréal qui a fini au second rang, reléguant l'ancien parti de Pierre Bourque, Vision Montréal, en troisième place.

L'UCIM a remporté l'élection partielle hier soir avec 38 % des suffrages, contre 32 % pour Kettly Beauregard, de Projet Montréal. Le candidat de Vision Montréal, Réal Charest, est arrivé loin derrière avec 23 % des suffrages. La candidate indépendante Nicole Thériault, ancienne colistière de Pierre Bourque, a recueilli 6 % des votes. Près de 23 % des électeurs du district Marie-Victorin, dans Rosemont, sont allés aux urnes pour choisir le successeur de Pierre Bourque.

«Les citoyens ont lancé le message qu'ils veulent un conseiller présent qui va s'occuper des services de base», a fait valoir le nouveau conseiller Carle Bernier-Genest.

Employé d'Équiterre, il estime également être bien placé pour travailler à l'amélioration de l'environnement, notamment en ce qui a trait au recyclage, aux transports et à l'amélioration des aires de jeux.

La surprise de la soirée a surtout été la déconfiture de Vision Montréal, arrivé loin derrière l'UCIM et Projet Montréal. «Ça donne un coup», a concédé le chef intérimaire du parti, François Purcell. Il préfère y voir une «parenthèse dans le mandat», plutôt qu'un indice des difficultés qui pourraient attendre Vision Montréal après le départ de son fondateur.

Du côté de Projet Montréal, l'heure était à la «demi-victoire», selon les termes employés par le chef Richard Bergeron. Il avait cru aux chances de Kettly Beauregard, qui a fait deux mandats comme conseillère de Vision Montréal.

«C'est une deuxième place hautement crédible puisque nous n'étions pas sur notre terrain politique», a précisé M. Bergeron.

Tant à l'UCIM qu'à Vision Montréal, on a cependant souligné que la candidate Kettly Beauregard a peu endossé le discours à saveur écologiste de son parti. «Ce n'était pas un vote pour Projet Montréal autant qu'un vote pour Kettly Beauregard», a indiqué François Purcell.

Le maire de l'arrondissement Rosemont-Petite-Patrie, André Lavallée, de l'UCIM, pense quant à lui qu'il est trop tôt pour conclure à une progression de Projet Montréal. «Kettly Beauregard a fait campagne sur une base personnelle. Elle n'avait pas d'opinion sur les thèmes chers à son parti», a affirmé M. Lavallée.

Lors de la dernière élection générale en 2005, Pierre Bourque l'avait emporté par quelque 300 voix de majorité, devant Carle Bernier-Genest de l'UCIM.