Le nouveau CHUM soumis à la consultation publique à la fin d'octobre

L'équipe du CHUM 2010 se prépare aux consultations publiques prévues cet automne. Avec de nouvelles esquisses en main, elle espère susciter l'adhésion à ce projet de 1,6 milliard de dollars qui s'élèvera en plein centre-ville de Montréal.

Les premières images de ce que sera cet hôpital hyperspécialisé sont apparues lors du débat houleux sur l'emplacement du CHUM, en 2004-05. La deuxième version du concept que vient tout juste de rendre publique la direction du CHUM 2010 conserve la même allure générale. Les changements sont essentiellement de multiples détails, à l'exception du déplacement du centre de recherche.

À l'origine, cet édifice était prévu sur le boulevard René-Lévesque. Il sera plutôt érigé au sud de l'hôpital, rue Saint-Antoine. Ainsi, il sera dans la continuité logique du futur technopôle de la santé qui devrait se développer dans l'axe est-ouest, au-dessus de l'autoroute Ville-Marie.

Le projet soumis prévoit déjà des possibilités d'expansion. Quatre tours s'alignent déjà le long de la rue Sanguinet; une cinquième pourrait être construite.

Pour ce qui est des récentes critiques à propos des aspects patrimonial et historique du quartier, les esquisses ne montrent aucune intégration ni de l'église du XIXe siècle ni des maisons victoriennes voisines. Là où se dresse le clocher, une des entrées principales de l'hôpital est prévue.

«Ça prend une vision globale. La solution n'est sûrement pas d'intégrer des façades d'édifices déjà existants comme ça s'est déjà fait. [...] Nos préoccupations sont d'abord envers les patients. Mais soyez certains qu'il y aura un rappel historique», a affirmé hier au Devoir Sylvain Villiard, directeur général adjoint du CHUM 2010.

M. Villiard s'attend à ce que certains groupes intéressés par ces questions participent aux consultations publiques. D'ores et déjà, il laisse entendre qu'il aura des propositions concrètes à faire. Elles pourraient consister à intégrer certains éléments historiques à l'intérieur de l'hôpital.

Chose certaine, les consultations qui pourraient démarrer vers la fin d'octobre donneront l'occasion à la population de voir les plans et de comprendre la planification des diverses fonctions au sein du CHUM. Le concept pourra-t-il être modifié à la suite de cet exercice? «Il y a toujours de la place pour de l'amélioration, à la condition que ça ne nuise pas à la fonctionnalité de l'hôpital, que ça n'augmente pas les coûts ou que ça n'empêche pas une intégration urbaine harmonieuse», a expliqué M. Villiard.

En parallèle de ces consultations publiques, le CHUM 2010 est en train de constituer l'équipe de professionnels (gestionnaires, architectes et ingénieurs) qui suivra le projet jusqu'à sa conclusion. «Les conditions de réalisation devraient être rassemblées pour permettre une première pelletée de terre, qui sera plutôt de la démolition, avant la fin de juin 2007», a indiqué M. Villiard.