Les étudiants de l'UdeM réclament une piste cyclable

Profitant de la journée internationale «En ville sans ma voiture», des représentants étudiants et de groupes jeunesse montréalais ont lancé hier une pétition pour l'aménagement d'une piste cyclable menant à l'Université de Montréal et pour l'amélioration de l'accès des cyclistes au centre-ville.

Selon les données de la Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal (FAECUM), quatre étudiants sur dix seraient disposés à se rendre à l'université à vélo si une piste cyclable était aménagée. Pour l'heure, seulement 5 % des étudiants du campus se déplacent sur deux roues alors que 20 % utilisent une automobile.

«Si on donnait des outils comme des pistes cyclables, ça permettrait aux étudiants de délaisser l'automobile au profit du transport actif», fait valoir le secrétaire général de la FAECUM, Jonathan Plamondon. Il presse également la Ville d'accélérer la mise en oeuvre de son plan d'accès au centre-ville. Pour l'instant, 20 % des bandes cyclables prévues ont été aménagées alors que l'ensemble du quadrillage du centre-ville devrait être complété en 2007.

Le Forum jeunesse de l'île de Montréal et la FAECUM comptent sensibiliser les étudiants et les groupes jeunesse au cours des prochaines semaines. Une pétition circulera et on compte amorcer des démarches auprès des élus municipaux, notamment par le truchement des conseils d'arrondissement.

La campagne au centre-ville

Entre-temps, les cyclistes et les piétons régneront en maîtres aujourd'hui dans le centre-ville de Montréal, tout comme dans 1500 villes dans le monde, dont Québec, Gatineau, Victoriaville, Trois-Rivières et Laval. De 9h30 et 15h30, les autos ne pourront pas avoir accès au périmètre délimité par les rues de Maisonneuve, René-Lévesque, McGill College et Saint-Urbain.

«C'est le plus grand périmètre en Amérique du Nord. [...] On gazonne la rue Sainte-Catherine avec 17 000 pieds carrés de tourbe. On voulait symboliser le fait qu'on redonne la rue aux piétons», explique la vice-présidente aux communications de l'Agence métropolitaine de transports (AMT), Marie Gendron.

Outre le plaisir de déambuler dans l'herbe, les citadins pourront assister à un spectacle des Respectables à l'heure du dîner, suivre des cours de salsa ou encore jouer au minigolf. Une marche populaire partira en outre du mont Royal pour arriver dans le périmètre vers midi. Une aire de jeu est également prévue pour les enfants de trois à cinq ans au carré Phillips.

L'an dernier, cette activité avait permis de réduire la concentration de monoxyde de carbone de 95 %. Le tiers des résidants de la région ont utilisé les transports en commun ce jour-là, contre 22 % en moyenne. «Les automobilistes essaient les transports en commun, cela peut aider à les convaincre de l'adopter», fait valoir Mme Gendron, de l'AMT, consciente qu'un véritable transfert de l'auto au transport collectif repose d'abord sur une amélioration des services.