Déménagement du casino au bassin Peel - Montréal analyse le dossier avec bienveillance

Le projet conjoint de Loto-Québec et du Cirque du Soleil.
Source: Cirque du Soleil
Photo: Le projet conjoint de Loto-Québec et du Cirque du Soleil. Source: Cirque du Soleil

La Ville de Montréal a entrepris dans la plus grande discrétion d'analyser le projet de relocalisation du casino avec à ses côtés le promoteur Loto-Québec.

Depuis l'automne dernier, sept comités de travail ont été mis en place pour déterminer les enjeux et les impacts du complexe récréotouristique (hôtel, salle de spectacles, casino) présenté par Loto-Québec. La direction générale pilote le dossier. Bien qu'il s'agisse d'une démarche interne où l'expertise des fonctionnaires est mise à contribution, Loto-Québec en est partie prenante. Le responsable politique du dossier, Alan De Sousa, a affirmé hier qu'à «certains comités, le promoteur n'était là que pour donner des réponses».

Les thèmes abordés par les comités sont les suivants:

- transport, circulation et infrastructures;

- impacts économiques/employabilité;

- impacts sociaux;

- impacts culturels/loisirs;

- enjeux de sécurité publique;

- intégration urbaine et planification d'ensemble;

- fiscalité.

Le processus a été officialisé mercredi dernier lors de la réunion du comité exécutif. Depuis lors, Le Devoir cherche à obtenir le document de présentation public qui a été déposé auprès des élus. Les fonctionnaires, M. De Sousa et même le cabinet du maire Gérald Tremblay se renvoient la balle. En fin de journée hier, on niait l'existence même du document après avoir reconnu que celui-ci avait fait l'objet de discussions et d'une décision. Cette décision, c'est le travail d'analyse, mais aussi le mandat donné au directeur général de la Ville de présenter le point de vue de Montréal auprès du comité interministériel chargé du dossier.

Cette rencontre a eu lieu jeudi, mais l'administration Tremblay n'entend pas rendre publique sa position. «On a une bonne idée de quel côté ça peut aller, mais c'est encore préliminaire. Il reste beaucoup de travail à faire», a fait valoir Alan De Sousa, responsable du dossier du développement économique au sein du comité exécutif. M. De Sousa a également mentionné que «l'ouverture d'esprit qu'a démontrée le maire il y a plusieurs mois est toujours là».

Le président du comité interministériel et ancien directeur général de la Ville de Montréal, Guy Coulombe, a multiplié les rencontres au cours des derniers jours. Lundi, il rencontrera les représentants d'Action-Gardien, les opposants au projet. La semaine dernière, c'était au tour du RESO (Regroupement économique et social du Sud-Ouest).

Il semble que M. Coulombe cherche à convaincre les parties de s'engager dans une médiation. D'aucuns y décodent un «a priori politique». Le directeur général du RESO, Pierre Richard, rappelle que, si son organisme a des réserves sur le projet, il souhaite également poursuivre les discussions avec Loto-Québec. «Selon l'évolution du dossier dans les prochaines semaines, Loto-Québec va sûrement nous relancer», a souligné M. Richard.

Les critiques à l'égard des intentions de Loto-Québec sont plutôt rares. Seule la table de concertation de Pointe-Saint-Charles, Action-Gardien, ose en faire. Les révélations du Devoir plus tôt cette semaine sont toutefois venues apporter de l'eau au moulin des opposants. Le Devoir rendait compte de l'avis du ministère de la Sécurité publique qui estime que le déménagement du casino à proximité du quartier Pointe-Saint-Charles risque d'accentuer la criminalité liée au jeu pathologique.

Les tenants de l'implantation du complexe récréotouristique n'y ont pas vu un obstacle au projet. Le milieu des affaires et le secteur culturel y demeurent favorables. C'est également le cas de la Société du Havre, dont les projets sont intimement liés à celui de Loto-Québec. Le déménagement du casino apparaît comme le catalyseur du vaste plan de transformation du havre montréalais, dont le déplacement de l'autoroute Bonaventure et la création d'une centrale hydroélectrique sur le fleuve. D'autres projets sont également connexes, comme la construction du stade Saputo et un éventuel centre de foires.

Le comité interministériel présidé par Guy Coulombe doit faire ses recommandations à la fin du mois au ministre des Finances, Michel Audet. Le projet de Loto-Québec totalise 1,18 milliard de dollars.