Bataille contre la fermeture du centre de tri de Québec

Québec — La FTQ promet une bataille en règle contre la perte de 300 emplois à Québec, chez Postes Canada. «C'est une décision injuste et absurde, un méchant coup de cochon», a commenté hier le président de la FTQ, Henri Massé, lors d'une conférence de presse.

La Société canadienne des postes a annoncé, en juillet, la fermeture d'ici deux ans de son Centre de tri de Québec, ce qui amènera la perte de 300 emplois et le déménagement des activités à Montréal.

La FTQ et le Syndicat des postiers ont conjointement mis en place un plan d'action pour contrer «le démantèlement» des services de Postes Canada.

Ce plan comprend une pétition qui circulera au Québec et que les syndiqués et la population en général seront invités à signer.

De plus, une vaste campagne d'information sera entreprise auprès des députés tant de la Chambre des communes que de l'Assemblée nationale pour solliciter leur appui dans ce dossier et réclamer le maintien d'un service postal de qualité.

Pour sa part, le président de la FTQ Henri Massé a rappelé que le transfert du service de tri à Montréal aurait des conséquences lourdes pour les entreprises et les citoyens de Québec.

Une lettre destinée à un correspondant de la Vieille Capitale et qui était triée à Québec devra maintenant être transportée et traitée à Montréal, puis renvoyée à Québec, a expliqué M. Massé. Comme la loi donne à la Société canadienne des postes un délai de deux jours pour la livraison du courrier, on peut aisément prévoir que ce délai ne sera pas respecté et que la qualité du service postal va baisser.

Le président de la FTQ dénonce le fait qu'on a profité des vacances d'été pour faire l'annonce, en voulant profiter du calme de la période estivale pour diminuer l'impact de cette mauvaise nouvelle.