Le Parti libéral doit «simplifier» son message, affirme Marc Tanguay

À la reprise des travaux parlementaires à l’Assemblée nationale, le message principal de l’opposition officielle portera sur l’économie et les services essentiels rendus par l’État, a soutenu Marc Tanguay.
Francis Vachon La Presse canadienne À la reprise des travaux parlementaires à l’Assemblée nationale, le message principal de l’opposition officielle portera sur l’économie et les services essentiels rendus par l’État, a soutenu Marc Tanguay.

Le chef intérimaire du Parti libéral du Québec (PLQ), Marc Tanguay, a affirmé mardi, à l’ouverture du caucus présessionnel, que sa formation politique doit « simplifier » son message auprès de la population afin de bien faire comprendre sa vision.

« Quand les enjeux sont moindrement complexes, il faut être capable d’arriver avec une proposition réfléchie, mais il faut être capable de l’expliquer », a dit M. Tanguay, en point de presse à Lac-Beauport, au nord de Québec. Les 19 députés libéraux se réunissent depuis mardi et durant trois jours afin de se préparer à la reprise des travaux parlementaires mardi prochain à l’Assemblée nationale.

Selon l’analyse du chef libéral par intérim, la défaite historique du parti aux dernières élections est due notamment au message trop complexe qui a été véhiculé durant la dernière campagne électorale.

Marc Tanguay a donné l’exemple du projet ÉCO, qui vise à favoriser une économie verte en alliant hydrogène et électricité. « C’est un projet phare que nous avons proposé durant la campagne électorale, qui est une vision 2050. C’est donc une vision sur le long terme, a-t-il dit. C’était très difficile de pouvoir le traduire en quelques secondes, en quelques minutes. »

Afin d’être pertinents comme députés de l’opposition officielle, les libéraux devront aussi aller à la rencontre des Québécois à travers la province, a affirmé M. Tanguay. « Moi, le premier », a-t-il ajouté.

Quand les enjeux sont moindrement complexes, il faut être capable d’arriver avec une proposition réfléchie, mais il faut être capable de l’expliquer

 

Dès son retour au Salon bleu, le caucus du PLQ abordera en priorité l’économie, la hausse du coût de la vie, la pénurie de main-d’oeuvre et les missions essentielles de l’État, a soutenu Marc Tanguay.

Le premier ministre François Legault ne dirige pas un gouvernement « de résultats », a-t-il déploré. « C’est un gouvernement d’échecs, quand on regarde ce qui se passe en santé, en justice, en services de garde. »

Candidatures « en analyse »

Concernant l’élection partielle québécoise à venir dans la circonscription montréalaise de Saint-Henri–Sainte-Anne, Marc Tanguay a assuré que « plusieurs candidatures sont en analyse ». « Nous aurons l’occasion de faire notre choix et de l’annoncer. »

La date du scrutin n’a pas encore été dévoilée par le gouvernement de François Legault. Ce dernier devra déclencher l’élection partielle d’ici fin mai.

Québec solidaire a toutefois déjà présenté son candidat, Guillaume Cliche-Rivard, qui tentera de remporter le siège laissé vacant par le départ de l’ancienne cheffe libérale Dominique Anglade. Aux dernières élections, M. Cliche-Rivard avait récolté près de 28 % des voix et terminé au deuxième rang derrière Mme Anglade (36 % des voix).

Selon M. Tanguay, les libéraux n’accusent toutefois pas de retard par rapport aux solidaires, notamment en raison du bilan des sept années de Mme Anglade comme députée de la circonscription. « Dominique a représenté de façon extraordinaire, de façon remarquable, de façon très rassembleuse tous les citoyennes et citoyens de Saint-Henri–Sainte-Anne », a-t-il fait valoir.

Le profil recherché par le parti est celui d’un candidat qui connaît bien les enjeux locaux et qui est « collé à son milieu de vie », a dit le chef libéral intérimaire.

À voir en vidéo