Fitzgibbon dit n’avoir rien à se reprocher à propos d’une partie de chasse

« Je suis très à l’aise, je crois que c’est une force d’avoir ces connaissances-là, je pense que le comportement que j’ai eu est parfaitement acceptable », a déclaré Pierre Fitzgibbon.
Jacques Boissinot La Presse canadienne « Je suis très à l’aise, je crois que c’est une force d’avoir ces connaissances-là, je pense que le comportement que j’ai eu est parfaitement acceptable », a déclaré Pierre Fitzgibbon.

Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, assure qu’il n’a rien à se reprocher concernant sa partie de chasse aux faisans sur une île privée appartenant à de riches hommes d’affaires.

En mêlée de presse jeudi matin, il a dit que c’est sa vie privée et que ça le regarde, mais il est d’accord avec l’enquête de la commissaire à l’éthique demandée par l’opposition.

Il s’agirait alors de la sixième enquête de la commissaire à l’éthique sur le cas Fitzgibbon en quatre ans.

Les trois partis d’opposition dénoncent en effet la partie de chasse du ministre en octobre dans un club privé dont sont membres des gens d’affaires ayant bénéficié de subventions.

Il s’agit d’une chasse prestigieuse en costume traditionnel autrichien, accessible sur invitation seulement, sur l’île de la Province, au lac Memphrémagog.

« Je n’arrêterai pas de faire mes activités à cause du Journal de Montréal », a riposté M. Fitzgibbon en visant le média qui a révélé l’affaire. Il a dit prendre part à cette activité depuis plus de 20 ans.

« Je suis très à l’aise, je crois que c’est une force d’avoir ces connaissances-là, je pense que le comportement que j’ai eu est parfaitement acceptable », a-t-il poursuivi.

« J’espère que la commissaire à l’éthique va faire son devoir, parce qu’on verra les subventions que j’ai accordées cette journée-là », a-t-il conclu avec une pointe d’ironie.

Pas au registre

 

L’opposition libérale a transmis une demande d’enquête officielle à la commissaire à l’éthique.

Dans sa requête, le député libéral Monsef Derraji fait notamment valoir que le ministre n’a toujours pas déposé de déclaration concernant cette activité au registre des dons, marques d’hospitalité et autres avantages, alors que cela doit être fait dans les 30 jours suivants.

« Une personne raisonnable pourrait effectivement se questionner quant à savoir si la participation du ministre à une activité prestigieuse de chasse privée en compagnie d’actionnaires d’entreprises bénéficiant de subventions accordées par son propre ministère constitue une forme de quid pro quo et pourrait entraîner des doutes sur l’octroi de ces subventions », a-t-il écrit.

« C’est très difficile d’avoir confiance en ce ministre et ce gouvernement quand on démontre aussi peu de respect pour les questions éthiques », a dit le chef péquiste, Paul St-Pierre Plamondon, qui joint sa voix à la demande d’enquête du Parti libéral (PLQ).

« Est-ce qu’il a payé pour aller sur cette île et qui a-t-il rencontré ? Parce que je doute qu’il se soit déguisé tout seul pour chasser seul du faisan ? », a-t-il demandé.

« C’est un constat assez implacable, on n’est pas du même monde, ces millionnaires, grands propriétaires dirigeants d’entreprises, c’est dur après de faire la leçon et de demander aux gens de faire la sobriété », a évoqué son collègue Pascal Bérubé, rappelant ainsi l’appel de M. Fitzgibbon aux consommateurs à économiser l’énergie.

La possible réception de dons, marques d’hospitalité ou autres avantages de la part de personnes demandant des aides de l’État est « susceptible de représenter un intérêt personnel pouvant influencer l’indépendance de jugement dans l’exercice d’une charge publique », a pour sa part écrit le député Vincent Marissal, de Québec solidaire.

À voir en vidéo