Où sont passés les votes du PLQ dans un quartier de Saint-Laurent?

Des électeurs de la circonscription de Saint-Laurent se demandent, près de deux mois après les élections générales, où sont passés leurs votes. Le Devoir a été intrigué par les résultats hors de l’ordinaire du scrutin du 3 octobre dernier dans la section de vote 144, où Bloc Montréal (BM) a recueilli 82 votes sur 178, comparativement à 4 votes pour le Parti libéral du Québec (PLQ). Or, une quinzaine d’électeurs rencontrés en faisant du porte-à-porte jurent main sur le coeur avoir appuyé la candidate du PLQ, Marwah Rizqy.

« Ça vote tout libéral ici, non ? » demande le jeune électeur d’un immeuble de logements de la place Rodolphe-Bédard, dans le Vieux-Saint-Laurent, lorsque Le Devoir détaille les résultats officiels du bas de l’escalier. « C’est débile ! » lance-t-il, frappé d’étonnement. À ses côtés, sa mère, elle non plus, n’en croit pas ses yeux. La famille a « voté libéral »… et est persuadée de ne pas être la seule du patelin à l’avoir fait.

Selon Élections Québec, Bloc Montréal a remporté 46 % des votes dans la section 144 de Saint-Laurent le 3 octobre dernier, comparativement à 21 % pour Québec solidaire, à 15 % pour la Coalition avenir Québec, à 11 % pour le Parti conservateur du Québec… et à 2,2 % pour le PLQ.


 

Élections Québec a attesté la validité des résultats électoraux dans la section de vote 144 à deux reprises après que Le Devoir lui a dévoilé les fruits de sa collecte sur le terrain. « [Les] résultats diffusés correspondent bien aux résultats officiels tels qu’établis lors du recensement des votes », a écrit le porte-parole d’Élections Québec, Gabriel Sauvé-Lesiège, par courriel.

« Ça m’étonne », « c’est quoi ce parti-là [Bloc Montréal] ? », « je n’ai même pas remarqué qu’il [Rizwan Muhammad Rajput] était candidat » : les résultats électoraux causent la surprise tout le long de la place Rodolphe-Bédard, mais aussi le long des rues Crevier, Hartenstein, Boudrias et Buchanan, sans oublier un segment du boulevard Marcel-Laurin. Dans une résidence de la rue Hartenstein, au moins quatre personnes ont fait un crochet à côté du nom de la candidate libérale, selon une jeune femme, qui a répondu après avoir échangé quelques mots avec son père. Sa soeur a voté pour « un candidat dont le nom ne lui disait rien », donc « peut-être » Rizwan Muhammad Rajput, qui briguait les suffrages sous la bannière de BM, ajoute-t-elle.

« Je suis surprise, parce que Bloc Montréal n’est pas un parti très connu », dit Shauna McGee du haut de la cage d’escalier de son triplex. Sa soeur et elle ont déménagé sur la place Rodolphe-Bédard six mois plus tôt. « Dans ce coin-ci, les gens sont plus âgés et ils habitent ici depuis très longtemps… Ça me surprendrait qu’ils aient changé leur vote d’une élection à l’autre ! » s’exclame-t-elle, admettant du même coup avoir elle-même voté pour le PLQ dans le but de s’arrimer à ses voisins. En effet, même si le découpage des sections de vote a quelque peu changé depuis le scrutin de 2018, ce sont les libéraux qui avaient obtenu la pluralité des voix dans le secteur.


 

En 2022, le PLQ a mordu la poussière dans la section de vote 144 (2,2 %), mais a gagné avec des scores de 31 % (section 110) à 64 % (section 149) dans les sections voisines, selon Élections Québec. D’autre part, dans la section 144, Le Devoir est tombé sur trois fois plus d’électeurs (15) affirmant avoir voté pour le PLQ le jour du scrutin que le nombre de votes comptabilisés par Élections Québec, c’est-à-dire quatre. Seuls deux sympathisants de BM ont été dénichés au cours du processus fait pour comprendre ces résultats, non sans effort. Il devrait pourtant y en avoir 82.

Bloc Montréal surpris aussi

 

Le candidat de Saint-Laurent Rizwan Muhammad Rajput, joint par téléphone, s’est dit très surpris lui aussi. « Ce n’est pas le quartier où j’habite, donc je suis très surpris d’apprendre ça », a-t-il confié en anglais. Mis au parfum des résultats d’Élections Québec dans la section 144 de Saint-Laurent, il s’est rappelé un moment-clé de sa campagne survenu à proximité, devant le salon Le Barbu, qui donne sur le boulevard Décarie. « Il y avait un groupe de jeunes réunis devant le salon et ils m’ont dit qu’ils ne s’intéressaient pas à la politique parce que rien ne change et que les libéraux gagnent toujours de toute façon », raconte-t-il. Après leur avoir parlé du programme de son parti, il se rappelle avoir senti qu’il « y avait un momentum » : des jeunes tentaient de s’inscrire sur la liste électorale et d’autres appelaient parents et amis pour les encourager à voter pour lui.

Issam Khelfi, le propriétaire du salon, a été témoin de l’événement. « Quand il a commencé à leur parler, ils se sont rassemblés autour de lui et ils étaient une vingtaine, une trentaine même. Il parlait de l’importance de Montréal dans la province. Il racontait que des femmes voilées ne pouvaient plus travailler [à cause de la loi 21]. Ça parlait aux jeunes. » 

Au lendemain de l’élection, le jeune Ali, de retour au salon de barbier, a raconté à Issam avoir voté pour Bloc Montréal et avoir convaincu sa mère de faire de même. Le Devoir a pu confirmer qu’ils étaient bien des votants de la section 144 grâce à leur code postal. « C’est un gars qui nous ressemble. Il disait que l’anglais devrait être accepté partout et que les femmes voilées devraient avoir plus de liberté », raconte le jeune par téléphone. 

Lors de ses deux séances de porte-à-porte — pour un total de six heures —, jamais Le Devoir n’a rencontré un partisan de Bloc Montréal en chair et en os. Seule une poignée de personnes rencontrées avaient déjà entendu parler du parti. Jamais, toutefois, elles n’avaient rencontré le candidat ou reçu un dépliant à son effigie dans leur boîte aux lettres. 

Avec 82 votes, la section 144 est celle où Bloc Montréal a remporté le plus grand appui de toute la province, selon Élections Québec. La deuxième section qui a été la plus fructueuse pour le parti (aussi dans Saint-Laurent) ne comptait que 28 votes. Le parti, fondé au printemps dernier par l’ancien joueur de football Balarama Holness, prône une plus grande autonomie financière pour la métropole et s’oppose à la Loi sur la laïcité de l’État québécois (loi 21) et à la Loi sur la langue officielle et commune du Québec, le français (loi 96), jugées « antimontréalaises ». Joint par téléphone, M. Holness n’avait pas de piste de réflexion pour expliquer ces résultats, ayant lui-même fait campagne dans une autre circonscription, soit Notre-Dame-de-Grâce. 

« Pas une priorité »

 

Du côté du PLQ, les résultats dans la section 144 sont « surprenants », selon le président de l’association de Saint-Laurent, Carmine Pollice, étant donné l’historique de vote de la circonscription. La députée libérale Marwah Rizqy a d’ailleurs été réélue avec plus de 10 000 voix d’avance sur son principal adversaire. Dissiper le mystère sur ce résultat surprenant « n’est pas une très grande priorité » puisque la formation politique a remporté ses élections « de façon assez confortable », explique M. Pollice. 

Lors du recensement des votes, toutes les personnes candidates de la circonscription (ou leurs représentants) ainsi que les électrices et électeurs peuvent être présents. Toutefois, personne n’y était pour représenter le PLQ et BM. La directrice du scrutin ouvre alors chacune des urnes pour récupérer la copie originale du relevé de dépouillement. Le Devoir a tenté de s’entretenir avec elle, à qui incombait cette tâche, sans succès. 

Élections Québec n’a d’ailleurs pas le pouvoir d’intervenir pour effectuer un nouveau dépouillement afin de valider l’issue d’une élection : ce pouvoir appartient aux tribunaux. Pour rouvrir la boîte de scrutin, un électeur ou un candidat de Saint-Laurent devrait en faire la demande à la Cour du Québec en démontrant « que l’élection ou la proclamation qui s’y rapporte est irrégulière ou qu’une manoeuvre électorale frauduleuse a été commise et que cela rend l’élection nulle », ajoute Gabriel Sauvé-Lesiège.



À voir en vidéo