Pierre Moreau ferme la porte à la course à la chefferie du PLQ

Pierre Moreau à son arrivée pour un caucus du PLQ après la défaite électorale de son parti à l’automne 2018. Il était alors ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles.
Jacques Boissinot La Presse canadienne Pierre Moreau à son arrivée pour un caucus du PLQ après la défaite électorale de son parti à l’automne 2018. Il était alors ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles.

L’ancien ministre libéral Pierre Moreau a annoncé lundi qu’il ne sera pas candidat pour la course à la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ), même s’il dit avoir été encouragé à le faire par d’anciens collègues et « de nombreux militants ».

« Tous ces encouragements sont autant de marques de confiance pour lesquelles je m’estime privilégié et honoré », a écrit M. Moreau dans une déclaration publiée sur Twitter. S’il ferme à la porte à se lancer dans la course au leadership permanent, le directeur associé au cabinet d’avocats Bélanger Sauvé a affirmé demeurer un membre actif du parti.

Après la démission de Dominique Anglade, le 7 novembre dernier, le nom de Pierre Moreau avait circulé parmi les candidats potentiels. L’homme de 64 ans a quitté la vie politique en 2018 après avoir été défait dans Châteauguay. En 2013, il avait terminé deuxième, derrière Philippe Couillard, lors de la course à la chefferie déclenchée en raison du départ de l’ancien premier ministre Jean Charest.

D’ici à ce qu’un nouveau leader soit couronné à la tête du PLQ, le député de LaFontaine, Marc Tanguay, assure le rôle de chef intérimaire de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale. Questionné au sujet de son intérêt pour le leadership permanent lors de son entrée en fonction le 10 novembre dernier, il avait affirmé que sa réflexion « n’a[vait] même pas commencé ».

Les députés libéraux André Fortin et Monsef Derraji ont laissé la porte ouverte quant à la possibilité de poser leur candidature. Aucune date concernant la course à la chefferie libérale n’a été annoncée pour le moment.

Le 3 octobre dernier, les libéraux ont essuyé une défaite historique en ne récoltant que 14,37 % des voix et en faisant élire 21 députés.

À la fin octobre, Mme Anglade a été vivement critiquée pour l’exclusion de la députée Marie-Claude Nichols du caucus, ce qui a fait chuter le nombre d’élus du PLQ à 20. Le 1er décembre prochain, ce chiffre tombera à 19 avec le départ officiel de l’ancienne cheffe du parti.

Au moment où ces lignes étaient écrites, Pierre Moreau n’avait toujours pas rappelé Le Devoir.

Militer pour « un Québec plus inclusif »

Dans sa courte déclaration, Pierre Moreau a décoché une flèche au premier ministre François Legault en disant vouloir militer pour « un Québec plus inclusif, plus juste et plus prospère dans le respect de sa majorité francophone et des autres communautés qui forment aussi la société québécoise ».

Durant la campagne électorale, Dominique Anglade a accusé à maintes reprises M. Legault de diviser les Québécois, notamment sur le thème de l’immigration.

À voir en vidéo