Québec solidaire réclame un gel des tarifs gouvernementaux

Gabriel Nadeau-Dubois a accusé le gouvernement d’être « incohérent ». La CAQ « dit vouloir s’occuper du coût de la vie, elle dit que c’est sa priorité, mais en même temps, elle va augmenter les factures des Québécois de 3 % », a-t-il asséné.
Jacques Boissinot La Presse canadienne Gabriel Nadeau-Dubois a accusé le gouvernement d’être « incohérent ». La CAQ « dit vouloir s’occuper du coût de la vie, elle dit que c’est sa priorité, mais en même temps, elle va augmenter les factures des Québécois de 3 % », a-t-il asséné.

Pour aider les Québécois à traverser « la crise historique » de l’inflation, Québec solidaire (QS) a demandé mercredi le gel des tarifs de l’État comme ceux d’Hydro-Québec, les frais de garde, les frais de scolarité ou le coût du permis de conduire.

« Qui, en ce moment, a les moyens de se payer une hausse d’Hydro ? » a soulevé le co-porte-parole solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, en marge du caucus tenu avant la rentrée parlementaire du 29 novembre. Étant donné que « la crise est temporaire », le gel réclamé durerait une année, a-t-il dit, flanqué de ses députés.

Cette proposition survient une semaine après l’annonce du ministre des Finances Eric Girard concernant une première étape de plafonnement de tarifs. Dès le 1er janvier, une modification réglementaire restreindra à 3 % la hausse du prix du permis de conduire et de l’immatriculation, de la contribution payée dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) et de la contribution pour une chambre individuelle ou semi-privée dans un centre hospitalier de soins de courte durée.

Un projet de loi devrait être déposé prochainement pour élargir cette mesure à d’autres tarifs, comme les frais de scolarité et de garderie.

Gabriel Nadeau-Dubois a accusé le gouvernement d’être « incohérent ». La Coalition avenir Québec « dit vouloir s’occuper du coût de la vie, elle dit que c’est sa priorité, mais en même temps, elle va augmenter les factures des Québécois de 3 % », a-t-il asséné. 

En « pleine crise », le rôle du gouvernement est « d’éviter d’ajouter des augmentations de facture alors que toutes les factures sont en train d’augmenter », a-t-il ajouté. « Même 3 %, pour beaucoup de monde, c’est 3 % de trop. »

Selon M. Nadeau-Dubois, le coût d’un gel de tarifs pour l’année 2023 s’élèverait à 1,3 milliard de dollars.

Les chèques sont insuffisants, selon Nadeau-Dubois

Les chèques allant jusqu’à 600 $ — selon le revenu — qui seront envoyés prochainement à 6,5 millions de Québécois sont insuffisants pour qu’ils puissent affronter l’inflation, selon le co-porte-parole de Québec solidaire. Il réclame une approche « cohérente » et « globale » concernant la hausse du coût de la vie.

« Envoyer des chèques, c’est une chose, mais si pendant ce temps-là, toutes les factures continuent d’augmenter, ce chèque-là, il va venir rapidement à être épuisé », a soutenu Gabriel Nadeau-Dubois.

Ce dernier croit qu’il faut agir « sur tous les fronts » dans un contexte d’inflation, notamment en ce qui concerne la hausse du prix du logement au Québec.

Avec Alexandre Robillard

À voir en vidéo