Victoire claire de la CAQ dans Rouyn-Noranda

L’enjeu de la qualité de l’air et des émissions d’arsenic provenant de la fonderie Horne a enflammé les débats et divisé la population.
Adil Boukind Le Devoir L’enjeu de la qualité de l’air et des émissions d’arsenic provenant de la fonderie Horne a enflammé les débats et divisé la population.

La lutte n’a finalement pas été si serrée dans la circonscription de Rouyn-Noranda–Témiscamingue, où le caquiste Daniel Bernard a remporté la victoire avec 45 % des voix, défaisant ainsi la députée solidaire sortante, Émilise Lessard-Therrien, qui a récolté 30 % des votes.

L’enjeu de la qualité de l’air et des émissions d’arsenic provenant de la fonderie Horne a enflammé les débats et divisé la population. Tout au long de la campagne, la Coalition avenir Québec (CAQ) a accusé Québec solidaire de ternir l’image de la région en tenant un discours alarmiste.

« On a un problème de santé publique qui doit être réglé pour un quartier, [le quartier Notre-Dame]. Mais le reste de la ville est sécuritaire […] Rouyn, ce n’est pas Tchernobyl », avait lancé Daniel Bernard au Devoir à la mi-campagne. Le plan de la CAQ — qui a obtenu l’assentiment de la multinationale suisse Glencore — est de réduire les rejets d’arsenic de la fonderie Horne à 15 ng/m3 d’ici cinq ans.

Québec solidaire proposait, de son côté, de forcer la multinationale à respecter la norme québécoise de 3 ng/m3 d’ici quatre ans. « La solution, ce n’est pas de ne pas en parler, mais c’est de régler [la situation] une fois pour toutes, avait résumé Émilise Lessard-Therrien. On mérite la même qualité d’air qu’ailleurs au Québec. »

Les co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé, étaient tous les deux allés prêter main-forte à la candidate solidaire durant la campagne. Dans les derniers jours, François Legault s’était lui aussi déplacé dans la circonscription, hautement convoitée par les deux partis.

Le chef caquiste avait déclaré qu’il n’écartait pas l’idée de tenir un référendum pour que la population de Rouyn-Noranda décide si elle acceptait le plan de réduction des émissions à 15 ng/m3 d’ici cinq ans ou si elle optait pour la fermeture de la fonderie, qui emploie plusieurs centaines de travailleurs. Glencore n’a jamais évoqué elle-même l’option de la fermeture.

Ancien député libéral sous Jean Charest, Daniel Bernard a représenté les électeurs de Rouyn-Noranda–Témiscamingue de 2003 à 2007 et de 2008 à 2012. L’an dernier, il est devenu conseiller municipal de Rouyn-Noranda.

Avec ce gain de la CAQ, l’Abitibi-Témiscamingue est désormais entièrement peinte en bleu pâle. Pierre Dufour, le ministre sortant des Forêts, de la Faune et des Parcs, et Suzanne Blais ont été réélus sous la bannière caquiste, respectivement dans Abitibi-Est et Abitibi-Ouest.

À voir en vidéo