Une dizaine de circonscriptions en manque de scrutateurs

Certains de ces bureaux de vote manquent de scrutateurs, mais également de préposés à l’information et au maintien de l’ordre.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Certains de ces bureaux de vote manquent de scrutateurs, mais également de préposés à l’information et au maintien de l’ordre.

Une dizaine de circonscriptions électorales cherchent activement à pourvoir les postes de scrutateurs qui sont encore vacants. Pour pallier ce manque de personnel électoral, les responsables d’Élections Québec permettent cette année aux jeunes de 16 et 17 ans de travailler pour les élections.

À moins de 24 heures de l’ouverture des bureaux de vote, Élections Québec tentait toujours de trouver du personnel pour accompagner les électeurs dans les circonscriptions de Beauharnois, D’Arcy-McGee, Hull, d’Huntingdon, L’Assomption, Mégantic, Mont-Royal–Outremont, Pontiac, Prévost, Terrebonne et Verdun.

Certains de ces bureaux de vote manquent non seulement de scrutateurs, mais aussi de préposés à l’information et au maintien de l’ordre (PRIMO). Ces derniers constituent en quelque sorte les responsables des bureaux de vote. Aucun d’entre eux n’aura à couvrir deux endroits à la fois, explique toutefois Gabriel Sauvé-Lesiège, porte-parole d’Élections Québec. « Beaucoup de ces postes [à pourvoir] sont des postes de substituts. En temps normal, on prend ce personnel électoral pour pallier ceux qui se désistent à la dernière minute. »

Plusieurs de ces absences proviennent justement de désistements de dernière minute à cause « notamment, mais pas seulement » d’une infection à la COVID-19, dit M. Sauvé-Lesiège. « Ça ne compromet pas du tout la tenue des élections. Il va y avoir un vote [lundi] dans toutes les circonscriptions du Québec. »

Déjà, 24,44 % des électeurs inscrits ont voté de façon anticipée. Cette participation record pourrait compenser les retards envisagés dans les circonscriptions en déficit de personnel.

Sinon, de « plus petites équipes » seront constituées dans les lieux de vote, et les responsables « reverront le rôle de certains membres du personnel », explique M. Sauvé-Lesiège. Deux urnes pourront être assignées à une seule table, par exemple. « Ça bouge d’heure en heure. Lundi matin, on va prendre une décision sur les changements à faire. »

Pour une toute première fois, Élection Québec autorise cette année les jeunes de 16 et 17 ans à travailler dans les bureaux de vote. La fermeture des écoles secondaires le jour de l’élection permet ainsi de faire d’une pierre deux coups : ces jeunes élargissent le bassin de candidats pour le personnel électoral et ils peuvent se familiariser directement avec le processus électoral.

Leur journée de travail s’annonce remplie, car elle commencera vers 8 h 30 le matin jusqu’au dépouillement des votes, une fois la fermeture des bureaux passée, à 20 h. Le salaire varie entre 16,95 à 19,94 dollars l’heure.

Il est encore possible de postuler chez Élections Québec. Il n’est pas nécessaire d’habiter sur le territoire d’une circonscription pour y travailler.

Exactement 16 895 bureaux de vote seront ouverts lundi, au sein de 2946 différents lieux de vote, répartis dans 125 circonscriptions.

À voir en vidéo