Aux îles de la Madeleine, Legault promet d'agir contre l’érosion des berges

Le chef caquiste en a fait l’annonce lors d’un passage aux îles de la Madeleine après le passage de la tempête «Fiona».
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Le chef caquiste en a fait l’annonce lors d’un passage aux îles de la Madeleine après le passage de la tempête «Fiona».

François Legault est allé, à titre de premier ministre, constater les dégâts causés par la tempête Fiona aux îles de la Madeleine lundi. Il a ensuite promis, comme chef caquiste en campagne, 100 millions de dollars pour lutter contre l’érosion des berges.

En fin d’après-midi, M. Legault a signalé qu’il était dans l’archipel du golfe du Saint-Laurent à double titre. « J’ai deux chapeaux aujourd’hui », a-t-il noté en conférence de presse. C’est d’ailleurs la CAQ qui a couvert les frais de son déplacement, qui était déjà prévu avant le passage de tempête, même s’il représentait également le gouvernement, a-t-il précisé.

À titre de premier ministre, M. Legault a annoncé qu’un bureau des réclamations sera ouvert pour les résidents et commerçants. Une première réunion est prévue dès mardi. Le gouvernement du Québec a offert samedi de dédommager ce qui n’est pas couvert par les assurances privées.

« Je ferme la parenthèse comme premier ministre et je mets mon chapeau de chef de la CAQ », a-t-il ensuite enchaîné.

Après avoir vanté les qualités de son candidat local, Jonathan Lapierre, lui-même maire de la municipalité des Îles-de-la-Madeleine, M. Legault a affirmé qu’il comptait déjà depuis un moment se rendre dans l’archipel pour annoncer des investissements de 100 millions de dollars contre l’érosion des berges. « C’est une annonce qui était inscrite dans notre cadre financier qu’on a déposé il y a quelques semaines », a-t-il souligné.

Cette somme supplémentaire sera disponible pour toutes les régions ; elle s’ajoutera à un budget existant de 70 millions de dollars. « C’est important avec les changements climatiques, il y a une plus grande fréquence, une plus grande intensité de ce genre d’impact », a dit M. Legault. Le chef caquiste s’est d’ailleurs engagé à faire un inventaire des besoins en la matière au Québec, et n’a pas fermé la porte à des sommes supplémentaires. « Si c’est nécessaire d’en ajouter plus, on va en ajouter plus », a-t-il dit.

Si la CAQ est réélue, elle mettra également en place un bureau de projet pour coordonner la réponse des divers ministères responsables aux demandes des municipalités à ce sujet. « C’est vrai pour les Îles, mais c’est également vrai pour les autres municipalités. Régulièrement, on se fait dire que c’est compliqué — il y a le ministère des Affaires municipales, Hydro-Québec, le ministère des Transports, la Sécurité publique… » a expliqué le chef caquiste.

M. Legault a affirmé que son gouvernement avait déjà investi 62 millions de dollars contre l’érosion des berges aux îles de la Madeleine. Il a aussi exclu de créer un programme consacré à l’archipel. « On ne va pas commencer à avoir un programme pour chaque région. On verra où on installe le bureau de projet. »

Son candidat, Jonathan Lapierre, a de son côté affirmé que la lutte contre l’érosion des berges ne manque pas de fonds publics. « Le défi, maintenant, c’est la main-d’oeuvre. Et c’est d’importer les matériaux dans une région comme celle des Îles », a-t-il dit.

« Confusion des genres »

Questionné par les journalistes sur les besoins de relogement de certains résidents de l’archipel, François Legault est demeuré prudent, les adressant au maire suppléant. « Je ne veux pas entrer dans la confusion des genres », a-t-il affirmé.

Le premier ministre s’est d’ailleurs défendu de s’être mis dans une situation entretenant cette confusion. « J’ai rencontré seul le maire suppléant, je pense que j’ai été capable de séparer les deux rôles », a-t-il dit.

Selon le chef caquiste, il était important de se déplacer aux îles de la Madeleine en période électorale. « C’est important de constater les dégâts. C’est important aussi de venir encourager notre candidat », a-t-il expliqué.

Vendredi soir, François Legault avait suspendu temporairement sa tournée électorale dans l’attente de la tempête. Il a repris ses activités samedi.

Un déplacement inutile, dit QS

 

Le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois était d’un autre avis. Une visite de la caravane solidaire serait inutile pour les Madelinots, selon lui. « Ce dont les gens des îles de la Madeleine ont besoin dans les prochains jours, ce n’est pas davantage de politiciens en campagne électorale, mais toute l’aide nécessaire par les autorités publiques, en commençant par Hydro-Québec. »

Le politicien a plutôt invité ses candidats à faire un don à la Croix-Rouge.

De passage sur l’archipel en même temps que François Legault, lundi, le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, a indiqué avoir eu des rencontres « touchantes » avec des Madelinots deux jours après le passage de la tempête.

Il a assuré que rien de sa visite n’était « politique », mais a déploré les conséquences aux Îles « d’un gouvernement de trop », le fédéral. « [On vient] d’entendre les témoignages de pêcheurs qui, en raison de chicanes entre le Québec et Ottawa ou de dossiers dans lesquels il n’y a pas de suivi, […] ont risqué énormément en allant, pendant la tempête, dans des vents de 130, 140 km/h, tenter d’attacher leurs bateaux après des poteaux de téléphone », a-t-il raconté.

La tempête Fiona a frappé plus durement à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse et à l’Île-du-Prince-Édouard, où le gouvernement fédéral a dû déployer une centaine de soldats.

Avec François Carabin et La Presse canadienne

À voir en vidéo