Une opposition forte, la «question de l’urne»?

Les chefs des cinq principaux partis participaient ensemble à la première émission de la saison de Tout le monde en parle.
Photo: Facebook de François Legault / Tout le monde en parle Les chefs des cinq principaux partis participaient ensemble à la première émission de la saison de Tout le monde en parle.

La «question de l’urne» ne concerne pas l’inflation, le climat ou la santé, mais la force de l’opposition qui fera face au gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ), a lancé le chef péquiste, Paul St-Pierre Plamondon, à l’émission Tout le monde en parle.

« C’est quoi la question de l’urne ? Il y en a une qu’il faut poser : est-ce qu’on devrait donner des pouvoirs absolus à François Legault ou est-ce qu’on veut des oppositions fortes ? » a demandé le chef péquiste sur le plateau de Tout le monde en parle dimanche soir.

« Moi, je voudrais être une opposition officielle constructive », a-t-il déclaré avant de se raviser et d’ajouter que « c’est sûr qu’il aimerait ça être premier ministre ».

Les chefs des cinq principaux partis en lice pour les élections participaient ensemble à la première émission de la saison de Tout le monde en parle.

Plus souriants que lors des débats, les chefs ont échangé le plus souvent dans une ambiance décontractée.

 

Seul Éric Duhaime a laissé transparaître son agacement face à certaines questions, notamment quand Guy A. Lepage a rappelé ses déclarations passées à la radio selon lesquelles, par exemple, il fallait « fermer la Gaspésie ». « On a tous un passé », a-t-il lancé à l’animateur. « À part les médias, les gens ne me parlent jamais de ça », a-t-il ajouté en soulignant que son parti était celui qui avait le plus grand nombre de membres.

Gabriel Nadeau-Dubois en a profité pour lancer la « calculatrice solidaire » un outil qui permettrait aux électeurs de calculer l’impact des mesures de Québec solidaire sur leurs finances personnelles.

Il a en outre dû justifier son impôt sur les successions. « Au-delà des débats de chiffres, il y a des questions de valeurs : est-ce qu’on pense au Québec qu’il faut mieux redistribuer la richesse ou pas ? Moi, je pense que oui. »

Legault de nouveau accusé de diviser les Québécois

 

François Legault, de son côté, s’est fait reprocher par presque tous les autres chefs — et l’animateur — de « diviser » les Québécois. « Le débat autour de l’immigration, ce n’est pas de savoir si on est pour ou contre l’immigration. En tout cas, moi, je suis pour », a-t-il dit. « Le débat, c’est quelle est notre capacité d’intégration au français. »

Le chef de la CAQ a par ailleurs refusé de s’excuser auprès d’Éric Duhaime, qui lui reprochait de l’avoir comparé à Donald Trump vendredi.

Dominique Anglade a de nouveau dû défendre sa promesse d’offrir un médecin de famille à tous les Québécois. À Guy A. Lepage qui relevait que personne n’y croyait, elle a répondu sensiblement la même chose que lors du débat des chefs, à savoir qu’on « n’avait pas le droit de baisser les bras » et qu’il ne fallait pas laisser tomber les patients orphelins.

Il s’agissait du quatrième et ultime grand rendez-vous télévisuel de la campagne. Il est toutefois susceptible d’avoir un impact plus limité que les précédents, étant donné que le vote par anticipation avait débuté dimanche matin au Québec.

L’exercice a par ailleurs révélé, une fois de plus, la parenté du Parti québécois et de Québec solidaire en matière de politique environnementale quand Paul St-Pierre Plamondon a dit que le projet solidaire de forcer les géants automobiles à produire plus de véhicules électriques était réaliste parce que la Californie l’avait déjà fait.

Enfin, lors des questions en rafale en clôture, tous les chefs ont dit être en accord avec les affirmations selon lesquelles le français était en déclin et que le Québec n’avait pas besoin d’un nouveau roi.

C’était la seconde fois que l’émission Tout le monde en parle se prêtait à ce genre d’exercice. Lors de la campagne électorale de 2018, les quatre chefs d’alors — François Legault, Philippe Couillard, Jean-François Lisée et Manon Massé — avaient aussi été réunis sur le plateau de l’émission.

À voir en vidéo