Legault affirme que les risques de récession augmentent

M. Legault a vanté les qualités de son équipe.
Graham Hughes La Presse canadienne M. Legault a vanté les qualités de son équipe.

Dans un contexte d’incertitude pour l’économie mondiale, les risques de récession ont augmenté à 50 %, au Québec, a déclaré le chef caquiste François Legault, qui voit là une raison pour les électeurs d’opter pour la stabilité avec sa formation politique.

M. Legault a affirmé que son ministre des Finances Éric Girard a revu à la hausse ses prévisions de récession, qu’il estimait à 35 % en juin.

« J’ai eu l’occasion d’échanger avec Éric Girard, on se rapproche du 50 %, a-t-il dit en point de presse, après avoir voté par anticipation dans sa circonscription de L’Assomption. Il y a un risque au niveau mondial et un risque qui a augmenté dans les derniers jours. »

 

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) croit que son équipe a l’expérience et les compétences pour affronter ces incertitudes.

« On est bien mieux avec des gens compétents qui ont fait leurs preuves que de prendre des risques dans une situation comme ça où il y a un risque de ralentissement économique mondial qui est plus important », a-t-il dit.

En plus de mettre de l’avant la force de son équipe économique, M. Legault a répété ses mesures de lutte contre l’inflation, dont les premières seraient disponibles « dès décembre », si la CAQ est réélue.

M. Legault s’est montré confiant que le cadre financier de la CAQ tiendra le coup si jamais la situation économique se détériore plus que prévu.

« Nous on a un cadre financier qui est responsable, qui est conservateur avec un petit c », a-t-il.

Même si les prévisions de croissance économiques de la CAQ sont plus optimistes que celles du secteur privé, M. Legault mise sur des provisions pour encaisser un éventuel ralentissement.

« On a des provisions de 2 milliards », a-t-il dit.

En début de semaine, M. Legault avait décrété que l’économie serait la question que les électeurs devraient avoir en tête au moment où ils déposeront leur bulletin de vote dans l’urne.

Rien n’est acquis

Samedi, M. Legault s’est rendu à Repentigny, une municipalité inclue en partie dans la circonscription de L’Assomption dont il est le député.

Dans une salle où il a rejoint des militants, M. Legault leur avait dit que plusieurs personnes souffrent de la « mini-crise » de l’inflation causée par les turbulences internationales et les suites de la pandémie.

« Il y a la guerre en Ukraine, une rupture de certaines chaînes d’approvisionnement, a-t-il dit. C’est qu’il y a du monde qui ont de la misère à arriver. »

Il a profité de ce premier arrêt de la journée pour motiver ses troupes à faire sortir le vote par anticipation, qui commençait dimanche et se poursuit lundi.

« Aujourd’hui et demain c’est aussi important que le 3 octobre », a-t-il dit en invitant les militants à aller faire du porte-à-porte pour convaincre les gens d’aller voter.

M. Legault a expliqué que la situation de son parti ne doit pas empêcher de faire tous les efforts en vue d’une réélection.

« Il ne faut rien prendre pour acquis, il y a même un défi pour nous autres parce qu’il y en a qui pensent que c’est déjà, a-t-il dit. C’est pas joué tant que le monde a pas voté. »

Le chef caquiste a tout de même laissé libre cours à son enthousiasme en parlant de la formation de son prochain conseil des ministres.

« Déjà on avait une équipe très forte, a-t-il dit. On est en train d’ajouter encore du monde. Il y a des journalistes qui disent : ’comment tu vas faire pour choisir’. On a du monde pour faire deux conseils des ministres. Mais c’est un beau problème. »

À voir en vidéo