Les candidats des élections québécoises en données

880 candidats sont officiellement en lice en vue du scrutin du 3 octobre.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne 880 candidats sont officiellement en lice en vue du scrutin du 3 octobre.

La période de mise en candidature pour les élections provinciales est maintenant terminée : 880 candidats sont officiellement en lice en vue du scrutin du 3 octobre. Analyse en chiffres.

Avec 381 candidates, les femmes comptent pour 43 % des candidatures, un pourcentage un peu plus élevé que celui du scrutin du 1er octobre 2018, où il y avait eu 40 % de candidatures féminines.

Québec solidaire (QS), porté par Gabriel Nadeau-Dubois, est le parti présentant le plus de femmes : elles composent 56 % de l’ensemble des candidatures du parti. La Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault suit de près, avec 55 % de candidates présentées.
 



Seul le Parti conservateur du Québec (PCQ) d’Éric Duhaime ne se trouve pas dans la zone paritaire, qui se situe entre 40 % et 60 %, avec 38 % de candidatures féminines dans son équipe. Notons toutefois que le parti présente beaucoup plus de candidates qu’au dernier scrutin de 2018 (18 % de femmes).

Pour les cinq principales formations politiques, le taux de féminisation des candidatures est de 47 %, statistique qu’applaudit la directrice générale du Groupe Femmes, Politique et Démocratie (GFPD), Esther Lapointe.

« Avec le record historique de 2018 (47,4 % de candidatures féminines), nous savons dorénavant que les partis politiques peuvent recruter autant de femmes que d’hommes. En 2022, il est temps de légiférer pour obtenir la parité pour de bon, tant pour les candidatures qu’au Conseil des ministres ! » a-t-elle indiqué par voie de communiqué.

L’âge moyen des personnes candidates est de 45 ans, même âge qu’au dernier scrutin. Les hommes sont âgés de 46 ans en moyenne, un peu plus que les femmes, 44 ans.

C’est d’ailleurs dans la tranche d’âge des 40 à 49 ans que l’on trouve le plus de candidatures, soit 27 % des candidates et candidats. On trouve aussi 123 jeunes candidats de 18 à 29 ans, soit presque 15 % de l’ensemble des candidatures. Parmi eux, on trouve 54 femmes (44 %) et 69 hommes (56 %).
 


Avec 53 candidatures parmi 144 personnes candidates (37 %), les femmes sont les moins nombreuses dans la tranche d’âge des 60 ans et plus. C’est d’ailleurs la seule tranche d’âge où les candidatures n’atteignent pas la zone paritaire.

Et pour les partis ? La CAQ regroupe les candidats les plus âgés, avec une moyenne de 49 ans pour ses 125 candidatures. C’est 10 ans de plus en moyenne que Québec solidaire (QS), qui a la plus basse moyenne d’âge, située à 39 ans.
 



Ce n’est toutefois pas à la CAQ que les candidats sont les plus vieux : parmi tous les partis politiques autorisés, quatre présentent des candidats encore plus âgés. C’est même le Parti marxiste-léniniste du Québec qui affiche la moyenne d’âge la plus élevée de tous, avec 62 ans d’âge moyen pour ses 12 candidatures.

Par ailleurs, hormis les 5 principaux partis représentés à l’Assemblée nationale, on compte 22 autres partis politiques autorisés. Parmi eux, on trouve des formations plus connues, comme le Parti vert du Québec, mais aussi des partis plus méconnus comme le Parti culinaire du Québec.

Des 27 partis autorisés, 6 ne présentent aucun candidat : le Bloc pot, le Nouveau Parti démocratique du Québec, le Parti animal Québec, le Parti pour l’indépendance du Québec, Québec Intégrité et Québécois unis pour l’égalité. Ce ne sont donc que 21 partis qui présentent des candidats cette année.
 



Parmi les cinq principaux partis, seul le Parti libéral du Québec, mené par Dominique Anglade, n’aura pas une équipe complète de 125 candidats sur les rangs, puisque le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) a rejeté la candidature libérale dans Matane-Matapédia.

À voir en vidéo