Duhaime en remet sur le troisième lien et les études manquantes

Histoire d’illustrer son propos, Éric Duhaime a tenu à livrer en mains propres, devant les caméras, une copie papier de ses demandes d’accès à l’information.
Jacques Boissinot La Presse canadienne Histoire d’illustrer son propos, Éric Duhaime a tenu à livrer en mains propres, devant les caméras, une copie papier de ses demandes d’accès à l’information.

Le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, a déposé lundi deux demandes d’accès à l’information au ministère des Transports du Québec (MTQ) pour presser ce dernier de rendre publiques d’ici sept jours toutes les études produites sur le projet de troisième lien et sur l’état du pont Pierre-Laporte.

« Le ministère doit cesser d’être politique, d’être instrumentalisé par la CAQ », a déclaré M. Duhaime lors d’un point de presse, devant les bureaux du MTQ à Québec. Histoire d’illustrer son propos, le politicien a tenu à livrer en mains propres, devant les caméras, une copie papier de ses demandes.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a admis vendredi qu’il n’existait aucune étude sur la mouture actuelle du troisième lien. Or, Éric Duhaime accuse le camp caquiste de cacher des informations et invite même les fonctionnaires du MTQ à se faire « lanceurs d’alerte ». « Les mensonges, les tromperies, les demi-vérités qui s’accumulent de la part de M. Bonnardel [le ministre des Transports] et M. Legault doivent cesser », a-t-il déclaré.

Il dit vouloir savoir sur quelles études ou recommandations le gouvernement Legault s’est appuyé pour réviser le projet de troisième lien, qui, au départ, devait être réalisé à l’est plutôt qu’entre les centres-villes de Québec et de Lévis. Il a aussi indiqué vouloir savoir pourquoi on a abandonné l’idée d’un pont pour ensuite choisir un tunnel. « Ils [les caquistes] avaient promis un pont. Pourquoi ils ont changé d’un pont à un tunnel ? » a déclaré M. Duhaime, qui préfère l’idée d’un pont passant sur l’île d’Orléans.

En fait, la CAQ n’a jamais privilégié le scénario d’un pont : elle se disait favorable à un troisième lien routier, sous forme de pont ou de tunnel, avant d’opter officiellement pour un tunnel en 2019. Le ministre des Transports, François Bonnardel, prétendait alors s’être basé sur une dizaine de scénarios différents avant de trancher.

Questionné sur l’éventualité que des études mettent en doute la pertinence du projet, le chef conservateur n’a toutefois pas voulu dire s’il le remettrait alors en question.

Quant au pont Pierre-Laporte, le PCQ s’inquiète de son état, dans la foulée des révélations de l’émission Enquête au printemps sur la dégradation de ses suspentes.

M. Duhaime en a par ailleurs profité lundi pour cibler le député caquiste de La Peltrie, Éric Caire. « Rappelez-vous qu’il y a des députés qui ont mis leur siège en jeu en disant qu’ils ne se représenteraient pas à cette élection-ci si les travaux [sur le troisième lien] n’avaient pas été [commencés]. »

À voir en vidéo