Interpellé par un député libéral sur l’immigration, Legault répond

Samedi, le député libéral sortant et candidat dans Viau, Frantz Benjamin, a dit que sa fille avait été heurtée par les propos de M. Legault, quand il avait lié l’immigration à la violence, avant de laisser planer une menace à la «cohésion nationale».
Justin Tang La Presse canadienne Samedi, le député libéral sortant et candidat dans Viau, Frantz Benjamin, a dit que sa fille avait été heurtée par les propos de M. Legault, quand il avait lié l’immigration à la violence, avant de laisser planer une menace à la «cohésion nationale».

Interpellé par un député libéral sur l’immigration, le chef caquiste François Legault lui répond qu’il devrait expliquer à sa fille « ce qui se passe en Suède et en Allemagne ».

Il n’a pas voulu expliquer cependant ce qu’il voulait en référant à ces pays.

Samedi, le député libéral sortant et candidat dans Viau, Frantz Benjamin, a dit que sa fille avait été heurtée par les propos de M. Legault, quand il avait lié l’immigration à la violence, avant de laisser planer une menace à la « cohésion nationale ».

« Je n’aime pas ça », peiner les gens, a dit M. Legault en mêlée de presse dimanche matin.

« Par contre, M. Benjamin pourrait expliquer à sa fille que tous les États ont le défi d’intégrer les nouveaux arrivants à leurs valeurs. Nous, au Québec, c’est surtout d’intégrer en français. […] ll pourrait lui raconter ce qui se passe en Suède, en Allemagne et dans beaucoup d’autres pays. »

Dans une mêlée de presse en après-midi dans Lotbinière, le chef caquiste a refusé de dire à quoi il faisait référence précisément en Suède ou en Allemagne.

« Je sais où vous voulez en venir », a-t-il dit, en invitant les journalistes à lire sur ces enjeux.

En mêlée de presse, la cheffe libérale Dominique Anglade a également demandé à son adversaire caquiste de préciser à quoi il faisait allusion quand il parlait de Suède et d’Allemagne.

En fait, la droite et l’extrême-droite l’ont emporté lors des récentes élections en Suède. Toutefois, les enjeux d’intégration n’ont pas fait les manchettes dans les derniers mois en Allemagne, où un gouvernement social-démocrate a été élu en 2021.

« Je suis à court de mots pour décrire comment François Legault se comporte au cours des derniers jours. Je ne comprends même pas [sa déclaration] et ce sera à lui de l’expliquer. […] Les propos de François Legault font mal à plein de gens. »

M. Benjamin avait rappelé M. Legault sa responsabilité à titre de chef de parti, afin de ne pas « attaquer le sentiment d’appartenance des gens ».

À voir en vidéo