Le Parti conservateur du Québec propose une limite de 120 km/h sur les autoroutes

M. Duhaime a souligné qu’actuellement, la limite de 100 km/h est dépassée par de nombreux automobilistes, et qu’il est temps de laisser les Québécois décider s’ils préfèrent rouler à 120 km/h plutôt qu’à 100 km/h.
Jacques Boissinot La Presse canadienne M. Duhaime a souligné qu’actuellement, la limite de 100 km/h est dépassée par de nombreux automobilistes, et qu’il est temps de laisser les Québécois décider s’ils préfèrent rouler à 120 km/h plutôt qu’à 100 km/h.

Les automobilistes pourront rouler un peu plus vite sur les autoroutes de la province si le Parti conservateur du Québec est porté au pouvoir le 3 octobre prochain.

Le chef conservateur Éric Duhaime a annoncé lors d’un point de presse, samedi matin à Lévis, qu’un gouvernement conservateur ferait passer la limite de vitesse à 120 km/h sur les autoroutes où les conditions le permettent.

M. Duhaime a souligné qu’actuellement, la limite de 100 km/h est dépassée par de nombreux automobilistes, et qu’il est temps de laisser les Québécois décider s’ils préfèrent rouler à 120 km/h plutôt qu’à 100 km/h.

Même si rouler plus vite fait augmenter la consommation d’essence d’un véhicule — et donc les coûts en essence à la pompe —, le chef conservateur a de nouveau mentionné que chaque personne devrait avoir la possibilité de choisir si elle est prête à faire ce sacrifice pour gagner un peu de temps dans ses déplacements.

« Le temps, c’est de l’argent aussi, a-t-il lancé. Je pense qu’il y a des gens qui vont apprécier de gagner un petit 5-10 minutes, ou 20 minutes pour aller à Montréal, avec un 10-15 km de plus à l’heure. »

Afin d’appuyer son argumentaire, M. Duhaime s’est fié à deux études, réalisées en Colombie-Britannique et en Allemagne, où des augmentations des limites de vitesse n’ont pas entraîné de hausse des accidents, a-t-il soutenu.

Le chef conservateur a aussi souligné que la technologie et la sécurité des automobiles ont beaucoup évolué au courant des dernières années, ce qui fait en sorte que le Québec est prêt, à son avis, à augmenter la limite de vitesse sur les autoroutes.

Cependant, M. Duhaime a précisé que l’objectif de sa mesure est de permettre aux personnes qui roulent déjà plus vite que 100 km/h sur les autoroutes, en raison d’une zone de tolérance des policiers, de le faire en toute légalité.

Il ne propose pas que cette même zone de tolérance s’applique à la limite de 120 km/h, et qu’ainsi des véhicules se mettent à circuler à 130 ou 140 km/h.

« Si c’est 120 km/h pour tout le monde, je pense que ça va éclaircir les affaires pour l’ensemble des citoyens du Québec, et au moins on va pouvoir avoir une ligne qui ne sera pas laissée à la discrétion du policier », a-t-il mentionné.

À voir en vidéo