Accusé de mentir par Duhaime, Legault riposte

Pour une deuxième journée consécutive, M. Legault a dû expliquer pourquoi aucune étude n’a été rendue publique sur le projet de construction du tunnel Québec-Lévis, évalué à 6,5 milliards.
Paul Chiasson La Presse canadienne Pour une deuxième journée consécutive, M. Legault a dû expliquer pourquoi aucune étude n’a été rendue publique sur le projet de construction du tunnel Québec-Lévis, évalué à 6,5 milliards.

Accusé par Éric Duhaime de mentir sur la construction du tunnel Québec-Lévis, samedi, le chef caquiste François Legault a riposté en invitant son adversaire conservateur à faire le ménage dans ses rangs en raison des controverses soulevées par certains de ses candidats.

Gonflé à bloc après un rassemblement militant tenu la veille à Québec, M. Duhaime a commencé sa journée en tirant à boulets rouges sur M. Legault.

Le chef conservateur a affirmé que l’absence d’études sur la version actuelle du projet de tunnel Québec-Lévis démontre que M. Legault n’a plus véritablement l’intention de respecter sa promesse de construire un troisième lien pour la région.

« M. Legault agit comme un amateur, a-t-il dit. Et non seulement ça, il ment à la population. »

M. Duhaime s’est moqué des présentations successives que le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) a faites d’un premier tunnel à six voies, ramené ensuite à quatre voies au printemps.

« Quelqu’un s’est amusé avec des jouets LEGO pour sortir ça, pour impressionner la galerie, pour justifier que pendant quatre ans, il a renié son engagement et qu’il a menti aux gens de la région de Québec », a-t-il dit.

Le chef conservateur s’est permis de détourner le slogan électoral de la CAQ, « Continuons », pour illustrer son propos.

« Je comprends que le slogan de campagne, c’est “Continuons”, mais j’imagine que ce qu’ils ont en arrière de la tête, c’est continuons de mentir », a-t-il lancé.

Faire le ménage

 

Sollicité sur le sujet, M. Legault a choisi d’attaquer les controverses soulevées par certains candidats conservateurs plutôt que de répondre aux accusations de M. Duhaime.

« M. Duhaime, qu’il commence à faire le ménage dans sa gang », a-t-il laissé tomber, lors d’une conférence de presse à Rimouski.

Plus précisément, le chef caquiste a référé directement au candidat conservateur Yves Beaulieu, dont les propos ont fait les manchettes.

 

« M. Duhaime pourrait commencer par tasser son candidat à Pointe-aux Trembles », a-t-il suggéré.

Une vidéo montrant M. Beaulieu en train d’insulter copieusement M. Legault avec des propos obscènes, durant la pandémie, a été diffusée vendredi par le réseau TVA.

M. Duhaime a par ailleurs eu à réagir aux propos d’un autre candidat, Nicolas Lussier-Clément, qui remet en question la théorie de l’évolution.

« J’ai souvent dit que je croyais à la théorie de l’évolution », a assuré le chef conservateur sans condamner les propos de son candidat dans la circonscription de Laval-des-Rapides.

M. Duhaime a accusé l’entourage de M. Legault d’être à l’origine des révélations qui surgissent dans la campagne des conservateurs.

« C’est évident, quand il y a quatre personnes au cabinet de M. Legault, dans l’équipe de campagne de la CAQ, qui fouillent dans les poubelles du parti conservateur à temps plein, il sort toutes sortes de cochonneries », a-t-il dit.

Selon M. Duhaime, cette attention montre que la CAQ craint la montée des conservateurs.

Une étude à venir

Pour une deuxième journée consécutive, M. Legault a dû expliquer pourquoi aucune étude n’a été rendue publique sur le projet de 6,5 milliards.

« On fait des forages actuellement pour bien établir comment va se faire le tunnel de centre-ville à centre-ville. L’étude dont vous parlez n’est pas une étude de centre-ville à centre-ville », a-t-il répondu aux journalistes, lors d’un point de presse à Rimouski.

Vendredi, M. Legault avait reconnu qu’il n’existe aucune étude portant sur la deuxième mouture de son projet de tunnel, qui compte quatre voies plutôt que six initialement. Il avait alors affirmé qu’une étude serait disponible dans la prochaine année.

Le chef caquiste a été plus précis, samedi, sur le moment où l’analyse sera complétée.

« Quand elle va être terminée au début de 2023, on va la publier », a-t-il dit.

Questionné sur son refus de publier les autres analyses effectuées jusqu’ici, M. Legault a répété qu’aucune ne portait spécifiquement sur sa proposition de tunnel à quatre voies reliant les centres-villes de Québec et Lévis.

« J’ai peur de rien », a-t-il répondu après s’être fait demander s’il redoutait l’impact de toute publication.

Legault fédéraliste

 

En plus d’être attaqué par M. Duhaime, M. Legault a également essuyé les tirs du chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon, qui a invité les indépendantistes à tourner le dos à la « Coalition contre l’indépendance ».

M. St-Pierre Plamondon est revenu sur des propos du chef caquiste, lors du débat télévisé de cette semaine, quand il a soutenu que le Parti libéral du Québec (PLQ) avait « perdu le monopole d’être contre la souveraineté ».

« Il s’est pété les bretelles d’être le parti qui a ravi au PLQ le titre d’éteignoir, le titre de parti qui travaille le plus fort contre l’indépendance, a-t-il dit en point de presse à Montréal. La CAQ a ravi, selon lui, le monopole au PLQ d’être contre l’indépendance. »

M. St-Pierre Plamondon s’est adressé à tous les indépendantistes qui ont voté pour la CAQ afin de se débarrasser des libéraux en 2018.

« Je vous confirme que c’est fait, les libéraux ne sont pas près de revenir », a-t-il dit.

M. St-Pierre Plamondon a affirmé que le PQ est la seule vraie « maison » des indépendantistes. Selon lui, M. Legault est plus fédéraliste que Jean Charest et Philippe Couillard.

« À tous les indépendantistes du Québec qui ont voté CAQ en 2018, sauf qui peut, la CAQ veut étouffer votre voix », a-t-il lancé.

À voir en vidéo