Duhaime s’explique sur de nouvelles taxes impayées

Le chef conservateur a assuré mardi que tout était en ordre concernant sa situation fiscale de propriétaire.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Le chef conservateur a assuré mardi que tout était en ordre concernant sa situation fiscale de propriétaire.

Le chef conservateur Éric Duhaime a tenté d’éclaircir mardi les circonstances qui l’ont mené à omettre de payer ses taxes immobilières, tandis que la situation financière de tous les principaux chefs de parti était rendue publique.

M. Duhaime a déclaré qu’il s’était déchargé de sa responsabilité d’acquitter le montant de la taxe scolaire d’une résidence lui appartenant.

Un ami habitant l’immeuble situé près des plaines d’Abraham devait régler la somme, a affirmé le chef du Parti conservateur du Québec. « Malheureusement, il a tardé, et c’est pour ça que j’ai dû rembourser a posteriori l’ensemble des factures », a-t-il expliqué en conférence de presse.

À la suite d’un jugement rendu en juin 2021, un huissier avait menacé de saisir les biens appartenant à M. Duhaime en raison de son retard à acquitter une somme de 2400 $ en taxes scolaires dues au Centre de services scolaire de la Capitale, a rapporté La Presse cette semaine.

M. Duhaime avait d’abord conclu un bail d’un an avec son locataire et ami, avant d’opter pour une autre formule, quand il a constaté ses difficultés financières. « Il n’était pas capable de payer un loyer comme on voulait le faire au départ, a-t-il expliqué. L’idée a été de transférer ça pour qu’il entretienne la maison et paye les comptes courants, incluant les taxes, Hydro-Québec, le câble, tondre le gazon, peinturer la maison — les trucs de base. »

Pas de cachettes

 

La semaine dernière, le chef conservateur avait dû acquitter d’urgence 14 000 $ de taxes municipales pour deux de ses immeubles après la publication d’un reportage du Journal de Montréal selon lequel ils allaient être saisis par la Ville de Québec en raison d’un défaut de paiement.

M. Duhaime avait également affirmé que son locataire, le même qui a omis de payer la taxe scolaire d’une des deux propriétés, était responsable de régler ces sommes.

Il a assuré mardi que tout était en ordre concernant sa situation fiscale de propriétaire. « Tout le monde sait que cette maison m’appartient, il n’y a pas de cachettes », a-t-il dit.

Plus tard mardi, de nouvelles informations ont surgi concernant une poursuite de 8000 $ aux petites créances contre M. Duhaime pour des factures de plomberie impayées relativement à des travaux effectués en 2018 et en 2019, a rapporté Radio-Canada, en précisant que le dossier s’était ensuite réglé à l’amiable.

À Boucherville, mardi, la cheffe libérale, Dominique Anglade, a affirmé la nécessité de respecter les règles lorsqu’on aspire à gouverner le Québec. « J’invite tous les chefs de parti à payer leurs taxes et leurs impôts et pas d’essayer de justifier pourquoi ils ne l’ont pas fait. »

Le porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois a affirmé qu’il était d’intérêt public que le chef conservateur soit plus transparent. « Il y a une limite à raconter toutes sortes d’histoires pour justifier ces problèmes-là », a dit le candidat solidaire au poste de premier ministre, de passage à Rouyn-Noranda. « M. Duhaime se présente devant les Québécois et les Québécoises, il doit faire preuve de transparence. »

Les actifs des chefs

 

Mardi, les chefs ont également rendu publiques les informations portant sur leur situation financière, d’abord demandées par Cogeco Nouvelles.

M. Duhaime a déclaré un actif de 3,7 millions de dollars, une somme de laquelle il faut déduire une hypothèque d’un million. Il est propriétaire de trois immeubles et détient 700 000 $ dans une entreprise qui n’a pas été nommée.

Dominique Anglade a déclaré le montant d’actifs le plus élevé, soit 12,5 millions de dollars, détenus avec son conjoint. Des hypothèques totalisant 1,9 million sur trois résidences réduisent son actif net à environ 10,5 millions, une somme qui inclut 8,5 millions en actions et obligations.

Le chef caquiste, François Legault, a quant à lui des actifs totalisant 9,5 millions de dollars, auxquels il faut soustraire une marge hypothécaire de 1,7 million. L’essentiel des avoirs de M. Legault est constitué d’un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) de 6,35 millions.

Le chef péquiste, Paul St-Pierre Plamondon, a un actif de 1,12 million de dollars, une somme qui comprend trois propriétés. Au total, son actif net est de 410 450 $.

Gabriel Nadeau-Dubois possède une valeur nette de 104 285 $. Il est copropriétaire d’un duplex d’une valeur de 297 000 $ dont l’hypothèque est de 252 336 $.

Mardi, M. Nadeau-Dubois a constaté que trois des chefs des principaux partis ont des actifs nets qui font d’eux des millionnaires. « Est-ce que ces gens-là peuvent contribuer un peu plus à la société parce qu’ils ont un peu plus d’argent ? Moi, ma réponse, c’est oui », a-t-il dit.

 

Avec Florence Morin-Martel

À voir en vidéo