Quelles sont les baisses d’impôts promises par les partis?

Les mesures devront être prises en compte dans l’ensemble des cadres financiers des partis, qui seront dévoilés plus tard. 
Photo: Jacques Grenier archives Le Devoir Les mesures devront être prises en compte dans l’ensemble des cadres financiers des partis, qui seront dévoilés plus tard. 

Au deuxième jour de la campagne électorale, les partis ont fait valoir les mesures qu’ils mettraient en avant pour alléger le fardeau fiscal des Québécois, frappés de plein fouet par l’inflation. Trois d’entre eux ont promis ou réitéré la promesse de baisser les taux d’imposition. Combien d’argent les Québécois pourraient-ils garder dans leurs poches ?

La Coalition avenir Québec (CAQ) a promis de baisser les taux des deux premiers paliers d’imposition de 1 point de pourcentage à compter de 2023, jusqu’à la fin d’un éventuel deuxième mandat — et à plus long terme, de les réduire de 2,5 points sur 10 ans. Le Parti libéral du Québec (PLQ) propose quant à lui de les baisser dès le départ de 1,5 point de pourcentage pour les deux premiers paliers, et ce, dès l’année fiscale 2022. C’est le Parti conservateur du Québec (PCQ) qui offrirait la diminution immédiate la plus importante, alors qu’il propose de baisser les taux des deux premiers paliers de 2 points de pourcentage et de faire passer le montant personnel de base de 16 143 $ à 20 000 $ dès 2022.
 


Québec solidaire (QS) et le Parti québécois (PQ) n’ont pas encore formulé leurs promesses en matière de fiscalité. Toutefois, les solidaires ont déjà maintes fois fait part de leur intention d’augmenter le fardeau fiscal des plus riches. Du côté du PQ, on laisse entendre qu’on ne baisserait pas les impôts, mais qu’on opterait plutôt pour des mesures ponctuelles.

Quel impact pour les contribuables ?

Excluant les autres mesures de soutien — comme le chèque de 400 à 600 $ qu’offrirait la CAQ aux contribuables ou la proposition du PLQ de bonifier le crédit d’impôt pour solidarité —, quel serait l’impact des baisses de taux d’imposition proposées ?
 


Selon les calculs de la Chaire en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke, pour une personne vivant seule avec un revenu annuel brut de 80 000 $ par année, l’économie d’impôts en 2023 par rapport à aujourd’hui serait d’approximativement 630 $ par année avec la mesure de la CAQ, d’environ 940 $ avec celle du PLQ et de près de 1790 $ avec celle du PCQ.

Pour un couple gagnant 150 000 $ par année (soit 90 000 $ pour l’un et 60 000 $ pour l’autre, en 2023), l’économie d’impôts s’élèverait à 1160 $ avec la mesure de la CAQ, à environ 1735 $ avec la mesure du PLQ, et 3380 $ avec celle du PCQ.
 


Selon Suzie St-Cerny, professionnelle de recherche à la Chaire en fiscalité, il est difficile d’analyser le bien-fondé de telles mesures à la pièce. Elles devront être prises en compte dans l’ensemble des cadres financiers des partis qui seront dévoilés plus tard.

« Est-ce que ce sont des mesures cohérentes ? » questionne Mme St-Cerny. « Comment les partis équilibreront-ils les pertes de revenus pour équilibrer les finances publiques ? Est-ce que ces propositions tiennent compte du vieillissement de la population ? Ce sont autant d’éléments qu’il faudra surveiller. »
 


Précision: Ce texte a été mis à jour pour tenir compte de l’ajustement du montant personnel de base proposé par le PCQ. Les montants pour les couples ont aussi été ajustés par la Chaire.

 

À voir en vidéo