La CAQ achète de la publicité à Radio X

La station CHOI Radio X  98,1 FM à Quebec
Photo: Francis Vachon Le Devoir La station CHOI Radio X  98,1 FM à Quebec

La Coalition avenir Québec (CAQ) déploie actuellement sa vaste offensive publicitaire préélectorale sur les ondes de la station CHOI Radio X. Une stratégie qui peut étonner, lorsqu’on se souvient que le gouvernement Legault avait sèchement critiqué le média de Québec pour son opposition aux mesures sanitaires durant la pandémie.

S’il est vrai que le parti de François Legault inonde ces jours-ci l’ensemble des médias avec sa dernière série de publicités, on pourrait tout de même croire que l’achat d’espaces publicitaires à Radio X ne coulait pas de source. À quelques reprises à l’automne 2020, le gouvernement Legault avait déploré la couverture de la pandémie qui était faite sur les ondes de Radio X, où la gravité de la COVID-19 était régulièrement remise en cause par les animateurs et les invités.

Durant une conférence de presse tenue en octobre 2020, le premier ministre était même allé jusqu’à faire part de son mécontentement lorsqu’un journaliste de Radio X lui avait posé une question. Plusieurs organismes et entreprises — Hydro-Québec et Desjardins, entre autres — avaient décidé à la même époque de retirer leurs publicités de cette antenne.

Mais voilà qu’à quelques jours du déclenchement de la campagne électorale, ce mouvement de boycottage paraît bien loin, et la CAQ refuse de faire l’impasse sur l’auditoire de Radio X dans la région de Québec. « La CAQ ne boycotte aucun média officiel. Pour ce qui est de nos stratégies publicitaires, elles relèvent de la régie interne », s’est limitée à ajouter mardi Claude Potvin, la porte-parole du parti, par courriel.

Mauvais placement publicitaire ?

Pourtant, les têtes d’affiche de la station se montrent toujours aussi vitrioliques à l’égard de la politique menée par la CAQ. Plusieurs ne cachent d’ailleurs pas leur préférence pour le Parti conservateur d’Éric Duhaime. Résultat : les publicités de la CAQ se retrouvent diffusées entre des segments où le parti au pouvoir est vilipendé. Sur le site Web de Radio X, par exemple, une publicité mettant en vedette le ministre québécois de la Santé, Christian Dubé, précède un extrait audio intitulé « Mon père est MORT SUR FACETIME À CAUSE DE LA CAQ ! ». Dans cette entrevue, une femme déplore ne pas avoir pu accompagner son père lors de son décès à cause des mesures sanitaires alors en vigueur.

D’autres manchettes sur le site Internet de la station sont également particulièrement corrosives à l’endroit de la CAQ : « Fils suicidaire : je ne pardonnerai jamais à la CAQ », ou encore « Éric Caire est un CAQU CONTENT ». Et pourtant, les auditeurs ont systématiquement droit depuis quelques jours à une publicité de la CAQ avant d’accéder à ces extraits.

« C’est donc tout à l’honneur des décideurs de la CAQ […] de placer et d’acheter des espaces publicitaires sur un média qui les critique. Discuter ou communiquer avec des “convaincus”, c’est toujours plus facile, évidemment, mais ça ne rapporte habituellement pas grand-chose », a souligné par courriel Philippe Lefebvre, vice-président de RNC Media, propriétaire de CHOI Radio X.

Pour lui, il n’y a aucune contradiction entre le fait d’écorcher constamment un parti en ondes et celui d’accepter de jouer sa campagne publicitaire à forte rotation. Pas question pour RNC donc de se priver de ces revenus, comme ce fut le cas en septembre 2020 avec une publicité de la Santé publique contre la désinformation. Le message en question imitait l’identité sonore de Radio X, ce qui avait été perçu par les propriétaires comme du mépris pour les auditeurs.

En guise de protestation à ce refus, la Ville de Québec avait porté un dur coup à la station en retirant ses publicités. À la suite de l’élection de Bruno Marchand, la Ville a renoué avec Radio X, le nouveau maire soutenant que « l’argent public ne peut pas devenir de l’argent politique ».

Objectif stratégique

 

Dans le cas de la CAQ, qu’a-t-elle à gagner à dépenser pour un placement publicitaire dans une station de radio acquise aux idées d’Éric Duhaime ? « C’est vrai que cette décision peut sembler incohérente par rapport à ce qui s’est passé durant les deux dernières années de pandémie. Mais il ne faut pas perdre de vue que la CAQ cherche à avoir une supermajorité. Et préserver les sièges à Québec, ça passe forcément par les auditeurs de Radio X, qui sont tentés actuellement par Éric Duhaime », explique Mireille Lalancette, professeure de communication politique à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Sans surprise, Québec solidaire, le parti le plus à gauche sur l’échiquier politique, exclut d’acheter de la publicité sur Radio X pour des raisons stratégiques. Le Parti conservateur du Québec n’était pas en mesure de discuter de sa stratégie publicitaire de campagne. Le Parti libéral et le Parti québécois n’ont pas répondu aux questions du Devoir sur le sujet.

À voir en vidéo