Jocelyn Desjardins envisage de se lancer avec le PQ

En 2011, Jocelyn Desjardins fonde avec d’autres personnalités le Nouveau Mouvement pour le Québec et en devient le président.
Photo: Annik MH de Carufel Archives Le Devoir En 2011, Jocelyn Desjardins fonde avec d’autres personnalités le Nouveau Mouvement pour le Québec et en devient le président.

Le syndicaliste et ex-journaliste Jocelyn Desjardins sera bientôt confirmé comme candidat du Parti québécois (PQ) dans la circonscription de Pointe-aux-Trembles, a appris La Presse canadienne.

S’il parvient à enlever l’investiture péquiste prévue en juillet, il affrontera la ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, aux élections du 3 octobre.

Il s’agit en quelque sorte d’un retour au bercail pour M. Desjardins, qui avait déjà exprimé sa dissidence et claqué la porte du Parti québécois (PQ) au début des années 2010. M. Desjardins critiquait alors durement le flou et la mollesse du PQ sur la souveraineté.

Le virage indépendantiste assumé du parti depuis l’élection du nouveau chef, Paul St-Pierre Plamondon, a pu contribuer à son retour.

Jocelyn Desjardins travaille au service des communications et du recrutement du Syndicat des Métallos depuis 2012.

 

Précédemment, il avait été journaliste et animateur à Radio-Canada pendant près de dix ans. Durant son passage à L’Actualité médicale, il publiera une enquête sur les scandales financiers du grand patron du CUSM, Arthur Porter.

En 2011, il fonde avec d’autres personnalités le Nouveau Mouvement pour le Québec (NMQ) et en devient le président. Le NMQ était un regroupement résolument indépendantiste. Il mènera à la fondation des OUI-Québec, qui rassemblent les organisations souverainistes.

Située dans l’est de Montréal, la circonscription de Pointe-aux-Trembles a longtemps été une citadelle du PQ jusqu’à ce que la Coalition avenir Québec l’emporte en 2018. La caquiste Chantal Rouleau avait devancé un candidat vedette péquiste, Jean-Martin Aussant, par moins de 2000 votes.

Auparavant, la circonscription était le fief de la péquiste Nicole Léger. L’ancien chef du PQ, André Boisclair, y avait été élu à une élection complémentaire en 2006 et lors du scrutin général de l’année suivante.

Simon Tremblay-Pépin sera le candidat de Québec Solidaire à l’occasion des prochaines élections. Les libéraux et les conservateurs n’ont pas encore trouvé un candidat pour cette circonscription.

À voir en vidéo