Emplacement du futur CHUM - Québec arrêtera son choix après les Fêtes

Québec — Le gouvernement Charest reporte sa décision concernant l'emplacement du futur Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) à l'an prochain.

Au terme de la réunion du conseil des ministres, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Philippe Couillard, a indiqué que la décision concernant le nouveau CHUM «va probablement aller après les Fêtes» et que «le processus était encore en cours».

Selon nos informations, le dossier du futur CHUM n'était même pas à l'ordre du jour du conseil des ministres hier. Or le gouvernement a maintenant en main les trois rapports qu'il a demandés pour évaluer le projet alternatif de la gare de triage d'Outremont en regard du projet sur lequel M. Couillard a jeté son dévolu, le 1000 Saint-Denis où s'élève l'hôpital Saint-Luc.

L'ex-premier ministre Daniel Johnson, qui, au sein de la commission Mulroney-Johnson, avait rejeté le projet du 6000 Saint-Denis préparé par le gouvernement précédent en raison, principalement, de son coût trop élevé, a remis son rapport sur le site d'Outremont, un projet au moins aussi onéreux.

Le gouvernement dispose également d'un rapport du comité interministériel créé cet automne pour examiner les deux projets. Les hauts fonctionnaires ont conclu que le projet soumis par le recteur de l'Université de Montréal, Robert Lacroix, coûterait beaucoup plus cher — de 700 à 800 millions, selon La Presse — qu'un CHUM sis au 1000 Saint-Denis.

Enfin, dans son rapport remis au sous-ministre Juan Roberto Iglesias au début de septembre, l'Agence de développement des réseaux locaux de services de santé et de services sociaux de Montréal, dirigée par David Levine, rejette le projet d'Outremont. Implanté sur un territoire où 51 % des résidants sont d'expression anglaise, le projet outremontais se ferait au détriment de la population de l'Est de Montréal, estime l'Agence.

«Le scénario alternatif proposé par l'Université de Montréal viendrait perturber l'accessibilité aux services hospitaliers généraux et spécialisés de la population des territoires du Centre-Est et de l'Est de Montréal qui est actuellement desservie par le CHUM», précise David Levine dans sa lettre au sous-ministre.

La semaine dernière, l'ancien premier ministre Lucien Bouchard s'est porté à la défense du projet du recteur Lacroix sur un site qui n'avait pas été considéré par son gouvernement. «Sommes-nous vraiment résignés à subir pendant des générations la comparaison d'un CHUM de compromis avec le complexe médical et hospitalier de McGill déployé, lui, sur une superficie vaste et dégagée, totalement construit en neuf et agrémenté de verdure, conçu selon les normes les plus modernes et les plus exigeantes du continent? Si oui, c'est un choix qu'on ne pourra reprocher à d'autres qu'à nous-mêmes», écrivait M. Bouchard dans une lettre ouverte.