L'ex-député Claude Filion est décédé

Député du Parti québécois dans la circonscription de Taillon de 1985 à 1989 puis président de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse de 1996 à 2001, Claude Filion est décédé jeudi soir à l'âge de 58 ans.

Avocat de formation et juge à la Cour du Québec depuis mai 2001, Claude Filion avait appris il y a 18 mois qu'il était atteint du cancer de la plèvre (enveloppe du poumon), une forme rare et particulièrement virulente de la maladie, a précisé hier son ami depuis 35 ans, l'ancien premier ministre Pierre Marc Johnson.

Avant de se faire élire comme député, M. Filion avait occupé, de 1977 à 1982, le poste de chef de cabinet de M. Johnson, qui fut alors successivement ministre du Travail et ministre des Affaires sociales.

À l'Assemblée nationale, à titre de porte-parole de l'opposition officielle en matière de politiques linguistiques, il fut l'un des plus efficaces critiques et l'un des plus craints par la majorité gouvernementale, a rappelé hier un journaliste qui l'a connu. M. Filion s'était notamment distingué dans sa lutte contre le projet de loi 178, présenté par Claude Ryan, sur l'affichage commercial.

«C'était un juriste exceptionnel, a livré au Devoir M. Johnson. Il avait le sens des institutions et une conception très claire de la séparation des pouvoirs. Il avait les bons réflexes juridiques mais aussi pratiques.» En dépit des traitements éprouvants qu'il subissait, M. Filion était retourné sur le banc de la Cour du Québec il y a trois semaines pour y entendre quelques causes. «Il a pris soin de finir de rédiger tous ses jugements», a relaté M. Johnson.