Le sous-ministre de McCann a vu «l’urgence d’agir» à Herron le 29 mars

La majorité des décès survenus au CHSLD Herron ont eu lieu pendant que l’établissement était sous tutelle.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir La majorité des décès survenus au CHSLD Herron ont eu lieu pendant que l’établissement était sous tutelle.

Les ministres Danielle McCann et Marguerite Blais n’ont pas seulement été avisées de la gravité de la situation au CHSLD Herron le 29 mars 2020 : ce jour-là, le sous-ministre de Mme McCann a ordonné au CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal de prendre les choses en main, constatant « l’urgence d’agir ».

Sous serment à l’enquête publique de la coroner sur les décès en CHSLD, en janvier, la ministre responsable des Aînés, Mme Blais, a déclaré avoir « vraiment appris ce qui se passait au CHSLD Herron [le 10 avril], par l’article du journal » The Gazette, qui faisait alors état de 27 morts en deux semaines.

Le 11 avril, le premier ministre, François Legault, affirmait quant à lui que le CIUSSS avait « décidé de visiter l’établissement » le 29 mars.

Or, dans les faits, la commande est venue de son gouvernement. C’est l’ex-sous-ministre à la Santé Yvan Gendron qui a donné la directive au CIUSSS de prendre le contrôle du CHSLD Herron, le 29 mars à 20 h 23. Quelques minutes plus tôt, à 19 h 51, M. Gendron recevait un texto de la présidente-directrice générale du CIUSSS, Lynne McVey, qui lui demandait de mettre l’établissement sous « tutelle » et de « prendre charge de sa dotation », lit-on dans les documents déposés en preuve à l’enquête publique de la coroner.

« Pour moi, […] la raison de la tutelle, c’est l’urgence d’agir pour s’assurer que les gens soient lavés, soient nourris, soient en sécurité », a déclaré M. Gendron lors de son passage devant la coroner, le 17 novembre dernier.

La majorité des décès survenus au CHSLD Herron ont finalement eu lieu pendant que l’établissement était sous la responsabilité du CIUSSS. Au total, l’établissement a connu 38 décès entre le 26 mars et le 16 avril 2020. « La période la plus sombre de cette tragédie se situe entre le 5 et le 10 avril, où 23 résidents décéderont », lisait-on en juin 2020 dans le rapport d’enquête sur le CHSLD Herron commandé par le gouvernement.

Blais et McCann avisées

Devant la coroner, M. Gendron a assuré qu’il avait avisé le cabinet de Mme Blais de la mise sous tutelle du CHSLD Herron dès le 29 mars. Il a déclaré que sa sous-ministre adjointe avait discuté avec la cheffe de cabinet de la ministre, « pour s’assurer qu’elle [ait] toute l’information ».

La ministre de la Santé de l’époque, Danielle McCann, a été mise au courant la même journée, a-t-elle elle-même attesté lors de son passage devant la coroner le 18 novembre. « Le 29 mars, vous êtes informée qu’il y a un problème de personnel, que le CIUSSS prend le contrôle, qu’ils envoient du personnel ? » lui a demandé l’avocat Patrick Martin-Ménard, qui représente les familles de personnes décédées au CHSLD Herron. « Oui », a-t-elle répondu.

Toujours à l’enquête de la coroner, M. Gendron a expliqué que la gravité de la situation au CHSLD Herron commandait à son avis une action de la part du gouvernement, en dépit des ennuis légaux qu’une intervention dans un établissement privé aurait pu apporter au gouvernement.

« Le 29 mars, on était vraiment sur la situation, toute l’alimentation, les problèmes d’hygiène, de personnel, le directeur général qui était parti, possiblement infecté », a-t-il expliqué, en disant s’être inquiété pour « la dignité » des résidents. Les gens, a-t-il dit, étaient « en déficit de tout », et « c’est pour ça que j’ai dit : peu importe, c’est une tutelle. Vous prenez en charge l’organisation, si on veut nous poursuivre après, c’est pas grave ».

La sous-ministre adjointe de la Direction générale des aînés et des proches aidants, Natalie Rosebush, a confirmé sa version des faits. Une mise en demeure au CHSLD Herron et une lettre leur annonçant leur mise sous tutelle font aussi état du fait que le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal s’est vu « confier par la ministre de la Santé et des Services sociaux la responsabilité d’assurer la sécurité de tous les résidents des CHSLD privés sur [son] territoire ».

« Sous contrôle », mais fragile

Une fois la tutelle instaurée, le gouvernement a reçu une série d’« états de situation » au sujet du CHSLD Herron. Le 7 avril, Lynne McVey a notamment écrit à M. Gendron que l’établissement était « toujours à risque ». « La situation se stabilise pour ce soir et cette nuit », a-t-elle néanmoins ajouté, non sans mentionner qu’elle craignait « devoir appeler la police ».

Dans une déclaration envoyée au Devoir mardi, le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal a rappelé qu’il considérait que la situation était « sous contrôle » dans la nuit du 29 au 30 mars. Dans les jours suivants, cependant, « l’accès à l’information et aux équipements critiques pour le bien-être des résidents [s’est révélé] difficile ».

Tour à tour, le premier ministre, les élus et les sous-ministres ont déclaré ne pas avoir su qu’il y avait 31 morts au CHSLD Herron avant le 10 avril. Ils ont dit avoir été rassurés par le CIUSSS. « On nous a dit : “On s’en occupe, on prend ça en charge” », a souligné le premier ministre Legault mercredi.

Son cabinet a par ailleurs rappelé au Devoir mercredi qu’« à l’époque, on ne connaissait pas le virus, et nous étions en gestion de crise comme jamais auparavant ». « C’est facile après deux années de venir juger des gestes qui ont été posés et de dire ceux qui auraient dû être faits », a fait valoir l’attaché de presse Ewan Sauves.

Avec François Carabin

Chronologie d’une mise sous tutelle

29 mars, 14 h 23

La médecin Orly Hermon écrit un courriel à Lynne McVey, du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, au sujet d’une « situation urgente » au CHSLD Herron.

29 mars, 19 h 51

Lynne McVey envoie un texto au sous-ministre à la Santé, Yvan Gendron : « Pouvons-nous mettre [le CHSLD Herron] sous tutelle et en prendre charge de sa dotation ? »

29 mars, 20 h 10

La sous-ministre adjointe aux Aînés, Natalie Rosebush, envoie à la cheffe de cabinet de Marguerite Blais, Pascale Fréchette, un courriel ayant pour objet : « URGENT : Situation CHSLD Herron Ouest Montréal ».

29 mars, 21 h 10

Lynne McVey envoie un courriel au CHSLD Herron, dans lequel elle informe le propriétaire de sa mise sous tutelle.

30 mars, 0 h 56

Pascale Fréchette transfère le courriel « URGENT : Situation CHSLD Herron Ouest Montréal » à la ministre Marguerite Blais.

30 mars, 8 h 35

Le bureau du sous-ministre Gendron envoie par courriel un « état de la situation » sur le CHSLD Herron à la ministre Danielle McCann, entre autres destinataires.



À voir en vidéo